Danièle Desnoyers, Le Carré des Lombes

Publié le 14 octobre 2010 par La Rotonde

Danièle Desnoyers - Angelo BarsettiForte de deux décennies de création, régulièrement présentée dans les saisons de La Rotonde, la chorégraphe Danièle Desnoyers poursuit ses activités avec l’enthousiasme des débuts.

Depuis le début des années 90, elle s’impose comme l’une des chorégraphes québécoises dont l’œuvre, sensible et s’inscrivant hors des sentiers battus, participe à l’émergence de nouvelles perspectives en danse. Son approche novatrice se distingue par la conception de dispositifs scéniques et d’environnements sonores qui agissent fortement sur le langage du corps.

À Québec, on a pu voir ses œuvres DISCORDANTIA (1996); CONCERTO GROSSO POUR CORPS ET SURFACE MÉTALLIQUE (2000) (créée en résidence à Québec avec le soutien de La Rotonde, cette œuvre s’est mérité le Prix d’auteur du Conseil général de la Seine-Saint-Denis en France aux 7es Rencontres chorégraphiques internationales); DUO POUR CORPS ET INSTRUMENTS (2003); et PLAY IT AGAIN (2005), autant d’œuvres qui illustrent une carrière où se profile une artiste singulière.

« Mon corps est ma première maison. Un espace contaminé par là où je vis, là où je regarde, ce que j’entends puis ressens. La danse traverse puissamment mes sens. Elle est fuite et imagination. Elle est un état à la fois optimiste et dément. Elle agit telle une réponse au silence. Elle sème le désordre. Et je reconstruis à partir de ce désordre. Danser veut à la fois dire intérioriser et extérioriser le corps. Le propre de la danse : un mouvement à double sens. Tout part du corps et conduit au corps.»
-Danièle Desnoyers

Rayonnant parcours

Dès son plus jeune âge, Danièle Desnoyers étudie la danse classique et moderne. Diplômée du Département de danse de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), elle y fait la rencontre déterminante de Jean-Pierre Perreault avec qui elle travaillera à plusieurs reprises en tant qu’interprète. En 1989, elle fonde sa propre compagnie, Le Carré des Lombes, au sein de laquelle elle signe une douzaine de créations qui seront diffusées sur de grandes scènes au Canada, aux États-Unis, en Europe et au Japon.

Carré des lombes - Catherine Viau - Photo de Luc Sénécal

Carré des lombes - Catherine Viau - Photo de Luc Sénécal

De plus, en marge de sa compagnie, Danièle Desnoyers participe à différents projets.

Au printemps 2009, elle signait la chorégraphie et la mise en scène de HOZHRO, un spectacle multidisciplinaire initié par le compositeur Michel Gonneville et le Quatuor Bozzini. Elle a aussi participé à L’ESPACE DYNAMIQUE (2001) de la Fondation Jean-Pierre Perreault avec l’architecte Pierre Thibeault, et a créé pour l’organisme français La Petite Fabrique RIEN DE TROP (2005), une courte pièce inspirée d’une fable de La Fontaine.

En plus d’enseigner sur une base régulière dans diverses institutions, Danièle Desnoyers a été professeure invitée au Département de danse de l’UQAM (2000 à 2003) où elle a créé VINGT JOURS, 20 NUITS et LES 10 CAHIERS, deux œuvres pour de larges ensembles.

Une nouvelle œuvre

Carré des lombes - Alan Lake, Catherine Viau, Clara Furey - photo de Luc Sénécal

Carré des lombes - Alan Lake, Catherine Viau, Clara Furey - photo de Luc Sénécal

Au printemps 2009, la série de danse contemporaine montréalaise Danse Danse donne carte blanche à la chorégraphe pour la création d’une œuvre qui sera intégrée à sa saison 2009-2010.

Dès le début de l’automne suivant, Danièle Desnoyers amorce donc le travail de création. Elle suspend ici l’approche multidisciplinaire caractéristique de ses dernières œuvres et reprend son dialogue intime avec le corps. La nouvelle pièce, un sextuor intitulé DÉVORER LE CIEL, sera créée au Centre Pierre-Péladeau le 14 janvier 2010 à Montréal.

Publié dans | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire