Estelle Clareton — Chorégraphe et interprète de S’envoler

Publié le 14 octobre 2011 par La Rotonde

Estelle Clareton - Photo Stéphane Najman[…] je me rends compte qu’il n’y a pas vraiment d’autre solution que d’accepter d’être dans le mouvement entre deux endroits. – E.C.

Estelle Clareton débute sa carrière professionnelle en 1987 à Montréal après 8 années de formation au Conservatoire national de danse d’Avignon en France. Elle danse pour les Ballets Jazz de Montréal, Danse partout, O Vertigo (pendant 8 ans), la Compagnie Flak et la Fondation Jean-Pierre Perrault. En 1995, elle commence à créer ses propres œuvres chorégraphiques alliant danse et théâtre: Le secret, Adésias, Présage de pluie

 

Naissance de la compagnie
En 1999, elle fonde sa compagnie, Création Caféine (Créations Estelle Clareton), et poursuit sa démarche en créant Juliette qui sera présentée au Québec et en France; en 2002, elle crée C’est à 30 ans que quoi déjà? avec Manon Brunelle, en coproduction avec le Musée d’art contemporain de Montréal. Elle entame ensuite un triptyque sur les hommes qui commencera par Monsieur en mars 2003 puis Messieurs, Dame en mars 2005. Ces deux spectacles sont présentés et coproduits par L’Agora de la danse et participeront à des tournées au Québec et en France.

En 2005, Montréal Danse invite la chorégraphe a présenté la première étude d’une série de 24, intitulée FURIES. En effet FURIES, Alpha 1/24 ouvre la saison de l’Agora de la danse avec une pièce qui marque un changement radical dans l’approche de la chorégraphe. Cette œuvre singulière est aussi présentée par La Rotonde à Québec à l’automne 2006.

Création Caféine (Créations Estelle Clareton), produira ensuite FURIES, Bêta 2/24, un court métrage, puis Gamma 3 /24, un solo. FURIES, Delta 4/24 est un duo présenté dans le cadre de Puzzle Danse, un projet franco-québécois alliant sur scène les chorégraphies de Ginette Laurin, de Jean-Claude de Gallotta, d’Isira Makululowe et d’elle-même. C’est en septembre 2010, qu’elle présente S’envoler, avec sa compagnie, qui connaît un vif succès à Montréal et qui tourne actuellement au Québec.

Estelle Clareton travaille aussi en collaboration avec d’autres artistes ou d’autres compagnies. En 2000, elle s’allie à Wajdi Mouawad, auteur et metteur en scène, pour créer un duo intitulé Ce n’est pas de la manière qu’on se l’imagine que Claude et Jacqueline se sont rencontrés qui tournera également au Québec et en France.

De nombreux projets
En 2000 et 2002, Montréal Danse invite la chorégraphe à créer un duo pour les danseurs de la compagnie, Je ne m’en souviens pas très bien, et une pièce de groupe intitulée De Julia à Émile, 1949. (En co-production avec Danse Cité).

En 2005, elle signe sa première mise en scène au Théâtre de Quat’sous dans une pièce d’Harold Pinter intitulée Comme en Alaska.

En 2006, elle commence à travailler en tant que conseillère artistique à l’École Nationale de Cirque de Montréal. En juin 2007, elle signe la mise en scène du spectacle de fin d’année de l’école avec la création de La disparition. En juin 2009, elle assiste Gypsy Snider dans la création de Crimes toujours pour l’ENC. En octobre 2009, elle présente En plein corps, à la Tohu, un atelier de recherche et création avec 6 finissants de l’ENC.

Estelle Clareton participe, en tant que chorégraphe, à de nombreux projets de théâtre, de cirque, de film et de musique. Tout en poursuivant sa carrière d’interprète en danse et en théâtre, elle joue, en février 2004, dans l’Asile de la pureté de Claude Gauvreau, mis en scène par Lorraine Pintal (TNM).

Depuis 2006, elle incarne le personnage de Marie-Christine dans la série télévisée Les hauts et les bas de Sophie Paquin, réalisée par Claude Desrosiers pour Radio-Canada.

Le spectacle S’envoler sera présenté par La Rotonde les 3, 4 et 5 novembre prochains à la salle Multi de Méduse.

Publié dans | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire