Martin Labrecque — Concepteur des éclairages de S’envoler

Publié le 18 octobre 2011 par La Rotonde

L’un des concepteurs d’éclairages les plus doués et les plus réputés de sa génération, Martin Labrecque est un artiste polyvalent qui passe du théâtre au cirque et à la danse avec une égale aisance et un égal bonheur. Il compte plus de cent quarante conceptions d’éclairages à son actif.

Collaboration privilégiée
Collaborateur de plusieurs metteurs en scène de talent depuis ses débuts, en 1994, c’est assurément avec Serge Denoncourt qu’il signe le plus grand nombre d’éclairages – près d’une trentaine – notamment pour les pièces Le peintre des madones, Les feluettes, Les belles-sœurs, Je suis une mouette (non, ce n’est pas ça) et Fragments de mensonges.

Avec la danse
Du côté de la danse, il collabore à plusieurs reprises avec, entre autres, Estelle Clareton (Puzzle danse, Furies Delta 4/24, 2007) et Ginette Laurin de la compagnie O’Vertigo (La chambre blanche, 2008 et Onde de choc, 2010).

Spectaculaires lumières
Au chapitre de ses éclairages les plus spectaculaires, on peut sans doute compter ceux conçus pour les productions Kooza et Corteo du Cirque du Soleil, pour Nomade et Rain (nomination Drama Desk Awards, 2006) du Cirque Éloize, pour Paradis Perdu de Dominic Champagne et pour l’audacieux spectacle Mutantès de Pierre Lapointe à l’occasion duquel il reçoit le Félix de Concepteur d’éclairage de l’année (2009).

En 2009, il collabore pour la première fois avec Wajdi Mouawad à l’occasion de la présentation du Sang des Promesses dans la Cour d’honneur du Palais des Papes au Festival d’Avignon. Enfin, il signe en 2010 les éclairages de la comédie musicale Les Belles-Sœurs montée par René-Richard Cyr sur une musique de Daniel Bélanger, et participe au projet Viva Elvis du Cirque du Soleil, monté par Vincent Paterson à Las Vegas.

Voir la page du spectacle S’envoler

Publié dans | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire