Ma soeur Alice

Publié le 28 mars 2012 par Marie-Hélène Julien

Article d’Alain Lalancette paru sur le site Espace Ah! le mardi 27 mars 2012

À la Salle Multi de Méduse, La Rotonde présentait du 22 au 24 mars dernier Ma sœur Alice de Daniel Bélanger, une production de Code Universel avec six danseurs, deux musiciens et un VJ. D’abord créé en 2009, ce spectacle de danse contemporaine se référant à l’univers de l’auteur Lewis Carroll propose une suite de tableaux touchant certaines thématiques propres aux adolescents et aux jeunes adultes : malaise identitaire, exploration sensuelle, séduction et apprivoisement amoureux, découverte de l’autre, harcèlement, rivalité et solidarité.

De très beaux moments jalonnent cette représentation dont un intense coup de foudre à la cabane à sucre avec une Alice flottant littéralement dans l’air, une danse sensuelle avec des microphones ou une confrontation virile de danseurs sur le rythme primitif du tambour. Les masques tombent graduellement en finale avec un bal masqué en forme de rave au parfum d’ecstasy et à l’esthétique rétro-kitsch.

Statiques, manipulées par le VJ ou par les autres interprètes, les webcams sont particulièrement significatives dans ce spectacle en regard de la thématique abordée et du public cible, que ce soit par exemple en évoquant un certain voyeurisme lié au «désir du désir» de l’autre ou par la multiplication des scènes dansées au moyen des projections sur l’écran. Et derrière cet écran qui devient aussi miroir, un monde parallèle se dévoile dans l’ombre en contrepoint.

Face à Alice au pays des merveilles, Ma sœur Alice inverse les rapports : celui de l’inadaptation à un monde irréel dans l’un et de l’inadaptation à la réalité adulte dans l’autre, mais avec dans les deux cas des êtres en porte-à-faux qui se rebellent et qui résistent à leur métamorphose. Ultimement toutefois, comme dans la suite du premier conte De l’autre côté du miroir, les comportements changent graduellement et il se produit une médiation entre le rêve et la réalité.

Par sa représentation énergique de la quête identitaire de ces corps et de ces cœurs émergents, Bélanger interpelle avec justesse le vécu des jeunes.

Source : Espace Ah!, Alain Lalancette

 

 

Voir la page du spectacle

Publié dans , | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire