The You Show: danser à la deuxième personne

Publié le 7 mars 2012 par Marie-Hélène Julien

Article de Richard Boisvert paru dans le Soleil le 7 mars 2012

(Québec) La chorégraphe Crystal Pite le reconnaît, elle aime que ses spectacles soient accessibles au plus grand nombre. Si certains ont envie de le lui reprocher, c’est leur problème. Pour elle, l’important est d’offrir au public plus d’un niveau de lecture à la fois et de mettre le plus de monde possible dans le coup. Il faut admettre qu’avec The You Show, elle s’est donné de bonnes chances d’y arriver.

La directrice de la troupe Kidd Pivot confie aux neuf interprètes de The You Show des rôles auxquels vous et moi pouvons clairement nous identifier. «Je veux que le public comprenne que l’histoire qu’on raconte est la sienne, dit Crystal Pite, qu’il sente que c’est lui qu’on représente sur scène.» Bref, nous sommes invités à nous glisser dans la peau des danseurs. Au figuré, bien entendu.

Ce «spectacle-dont-vous-êtes-le-héros» – la chorégraphe approuve entièrement l’expression – trouve son origine dans une rupture amoureuse. Il s’intéresse à l’individu, dans sa relation avec l’autre comme dans sa relation avec lui-même. L’oeuvre d’une durée de deux heures compte quatre tableaux contrastés au cours desquels les danseurs évoluent le plus souvent en duo.

Tout ce qui peut l’aider à atteindre son but, Pite s’en empare sans hésiter. Une trame sonore nerveuse composée sur mesure par Owen Belton, un collaborateur de longue date, vient ponctuer le récit. Une voix accompagne à l’occasion le mouvement pour ajouter une couche narrative supplémentaire. Des éclairages tranchés et dramatiques viennent affirmer encore un peu plus le caractère cinématographique de The You Show.

La Vancouvéroise a profité d’une résidence de trois ans généreusement offerte à elle et à sa troupe Kidd Pivot par la Künstlerhaus Mousonturm de Francfort, en Allemagne, pour mettre au point The You Show. C’est là que l’oeuvre a été créée en novembre 2010.

Le résultat forme un tout très précisément emboîté et finement ajusté. Jusqu’à un certain point, on a l’impression qu’elle s’amuse à construire des mécanismes vivants, à amalgamer les danseurs pour faire apparaître un tout nouvel organisme.

«Vous voulez sans doute parler de la scène qu’on appelle les transformers, dit-elle. Je me suis inspirée de la notion d’armure, de l’idée de l’autoprotection, et de notre tendance à nous voir plus grands que nature, pour créer des espèces de surhommes. Cela m’a permis d’illustrer le principe de la connexion, de parler du fait que nous partageons tous les mêmes histoires et que notre existence se construit à partir de celle des uns et des autres.»

Le propos s’articule sur plusieurs niveaux à la fois et propose autant de sens différents. «Les gens peuvent accéder à l’oeuvre aussi bien par la danse, par le texte, par la musique, par les costumes que par la mise en scène. Des tas de gens différents viennent voir le spectacle. C’est pourquoi je m’assure de proposer un paquet de possibilités.»

Parfois, le propos frôle le théâtre, Crystal Pite l’admet. «Mais ça reste très, très physique. Mettre en place une danse solide, utiliser le corps pour exprimer des idées, pour raconter des histoires reste toujours ma priorité.»

Vous voulez y aller?

Quoi: The You Show

Qui: la compagnie Kidd Pivot Frankfurt BM

Où: salle Multi de Méduse

Quand: demain, vendredi et samedi à 20h

Billets: 34 $

Tél.: 418 643-8131

Source: Le Soleil, Richard Boisvert

 

Voir la page du spectacle

Publié dans | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire