Allumons des étoiles : amenons les arts à l’école !

Publié le 18 mars 2013 par Sandrine Lambert

Qu’est ce qui allume des étoiles dans les yeux des adultes? Un sourire d’enfant?

Qu’est ce qui allume des étoiles dans les yeux des enfants? La découverte ludique d’un processus de création?

Tous ces ingrédients étaient réunis dans les ateliers chorégraphiques menés dans les écoles par La Rotonde et les interprètes de la compagnie Cas Public.

Pourquoi un atelier chorégraphique à l’école? Cela permet de préparer la venue des élèves au spectacle en favorisant l’assimilation des clés de compréhension nécessaires à l’appréciation d’un spectacle de danse contemporaine.

Comment se déroule un atelier chorégraphique préparatoire au spectacle ? Chaque atelier peut varier selon la compagnie accueillie.

Voici comment se sont déroulés les ateliers avec les interprètes de Cas Public : Daphnée Laurendeau, Alexandre Carlos et Sébastien Cossette.

Tout d’abord, nous commençons par la présentation des spécificités d’un diffuseur en danse contemporaine et de son rôle clé dans le schéma typique des arts de la scène, à savoir formation, création, production et diffusion.  Puis nous tentons de préciser ce qu’est la danse contemporaine : une esthétique très libre qui s’inspire, mixe et détourne les codes de la danse classique, de la danse jazz et d’autres styles tout en proposant une vision singulière du monde.

Bon à savoir : les chorégraphes en danse contemporaine utilisent rarement une trame narrative mais auront souvent recours, de préférence, à des tableaux ou à des images évocatrices. Le corps est utilisé comme la plume d’un stylo pour véhiculer l’expression d’un message, d’une vision, d’un sentiment…. À l’image de la peinture où nous travaillons sur la perspective, l’intensité, la couleur et la texture, le corps mis en scène ouvre le champ des possibles à un généreux terrain de jeu.

L’important : se laisser aller à nos sensations, à nos perceptions et assister sans préjugés à une représentation ; finalement il s’agit d’accepter de se laisser surprendre par une proposition chorégraphique.

Ensuite, l’interprète met en contexte l’œuvre que les élèves iront voir. Les enfants du niveau primaire ont assisté au Musée de la Civilisation à Gold, mis en scène par Hélène Blackburn et Pierre Lecours, un travail inspiré par les Variations Goldberg de Bach interprétées par Glenn Gould. Les adolescents  assisteront à la salle Multi de Méduse à Variations S, mis en scène par Hélène Blackburn, un travail inspiré par le du Sacre du printemps déjà centenaire. À ce sujet, nous pouvons lire l’excellente Chronique du regard de Mario Veillette.

Puis viennent l’échauffement des jeunes et l’apprentissage d’une section du spectacle. Cette démarche a l’immense vertu de faire ressentir physiquement aux élèves la réalité du travail de danseur mais aussi de leur donner un accès privilégié au spectacle auquel ils assisteront peu de temps après.

Pour finir, l’interprète de la compagnie va offrir aux élèves la possibilité de créer la suite de la section du spectacle qu’ils viennent d’apprendre. Un moment unique où les jeunes développent leur créativité et leur imaginaire sous l’œil complice ou surpris des enseignants qui découvrent alors un potentiel parfois insoupçonné chez leurs élèves.

Que représentent les ateliers de la saison 2012/2013 en chiffres ?  415 kms parcourus en une semaine,  11 écoles visitées dans 4 commissions scolaires différentes (Portneuf, Navigateurs, Capitale, Découvreurs),  482 enfants et adolescents de 3 à 17 ans ayant expérimentés avec joie les ateliers chorégraphiques de la Rotonde !

—————————-

Merci aux interprètes de la compagnie Cas Public pour leur engagement et leur enthousiasme: Daphnée Laurendeau, Alexandre Carlos et Sébastien Cossette.

Merci à tous les enseignants dont la précieuse collaboration permet de rendre tout cela possible.

Merci à toutes les écoles participantes : L’École Pointe-Lévy à Lévis; Le Collège de Champigny à Québec; L’École secondaire Les Etchemins à Charny; La Polyvalente de l’Ancienne-Lorette à L’Ancienne-Lorette; La Polyvalente de Charlesbourg à Québec; L’École Élédanse à Lévis; Juvénat Notre-Dame du St-Laurent à Saint Romuald; Le Collège Stanislas à Québec; L’École secondaire St-Charles de Pont Rouge; L’École St Jean-Baptiste à Québec; L’École de danse de Québec.

Merci à l’Entente de développement culturel MCC – Ville de Québec pour son soutien financier.

Publié dans | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire