Un atelier Marquer la danse à Paris – Congrès international IDEA

Publié le 17 juillet 2013 par Sandrine Lambert

 

Caroline Paré, enseignante en danse au collège de Champigny; Léna Massiani et Mathilde Vrignaud, interprètes en danse à Paris. Atelier Marquer la danse - congrès IDEA - Paris.

Caroline Paré, enseignante en danse au collège de Champigny; Léna Massiani et Mathilde Vrignaud, interprètes en danse à Paris. Atelier Marquer la danse – congrès IDEA – Paris.

Le mercredi 10 juillet dernier, Caroline Paré, enseignante en danse a donné des ailes au projet Marquer la danse, un concours d’écriture chorégraphique pour adolescents développé avec La Rotonde. En effet, une déclinaison de l’atelier a été proposée à Paris lors du 8è congrès international IDEA – Arts de la scène-éducation, avec la complicité et le talent de Léna Massiani et Mathilde Vrignaud. Ce congrès rassemblant des professionnels de partout dans le monde avait pour thème « D’un monde à l’autre : quelle éducation artistique pour demain ? ».

Voici la description de l’atelier conçu par Caroline Paré:

Dans cet atelier pratique, les participants prennent le rôle de l’élève chorégraphe pour construire et nourrir le phrasé gestuel et spatial des danseurs professionnels présents en tirant profit des éléments du langage de la danse définis par le théoricien et pédagogue Rudolf Laban. Il est alors question d’écriture chorégraphique où les illustrations, les tracés, les choix musicaux, les mots d’action du corps, les qualificatifs employés permettent aux danseurs d’interpréter les séquences de mouvement imaginée par les participants. Cet échange entre vous et les danseurs fait miroir avec le projet Marquer la danse qui a pris naissance dans la région de Québec grâce à la collaboration d’une enseignante en danse au secondaire et du Centre Chorégraphique Contemporain La Rotonde.  Marquer la danse est un projet éducatif et culturel qui invite l’élève, muni de sa plume et habité par ses idées, à travailler avec les gens du milieu professionnel pour réaliser son concept chorégraphique.  En plus d’exercer son pouvoir créateur, l’élève chorégraphe a l’occasion d’agir tel un directeur artistique en procédant à une multitude de choix en relation avec l’environnement sonore et scénique. Cet échange chorégraphique entre le milieu scolaire et professionnel se révèle une expérience signifiante de part et d’autre, le jeune y développant des aptitudes artistiques et de communication et les professionnels puisant dans l’authenticité de ces rencontres, une meilleure compréhension du jeune, de son imaginaire et de ses préoccupations qui a pour effet de mieux l’outiller dans la réalisation des projets artistiques destinés à cette clientèle.

Et voici le retour de Léna Massiani, interprète pour l’atelier Marquer la danse à Paris:

 Tout s’est très bien déroulé. Ce fut un plaisir de travailler avec Caroline d’une part et, d’autre part, de découvrir et d’expérimenter le projet.

 Ce travail de médiation est vraiment pertinent. J’ai beaucoup aimé la subtilité avec laquelle les participants ont été amené à découvrir des méthodes d’écriture chorégraphique et la simplicité avec laquelle les fondamentaux de la danse sont exposés. Je crois que tous les participants se sont amusés et prêtés au jeu, et nous aussi!! Ce serait évidemment un plaisir, pour Mathilde comme pour moi, de pouvoir expérimenter à nouveau « Marquer la danse ».

Merci donc à Caroline, Léna et Mathilde d’avoir si bien porté les couleurs de Marquer la danse outre-atlantique. Cela ouvre d’heureuses perspectives de développement à rêver et à construire avec d’autres partenaires français et d’ailleurs.

Publié dans , | Marqué avec , | Laisser un commentaire