Top 5 des bons coups (locaux et culturels) de 2014, par Catherine Genest, Voir

Publié le 5 décembre 2014 par Marie-Hélène Julien

La journaliste Catherine Genest accorde la première place de son palmarès culturel de 2014 à notre nouveau projet La petite scène!

À l’heure des palmarès de fin d’année, et peut-être même une dizaine de minutes avant, voici un résumé des moments forts en cinq points qui vous ont peut-être échappés. Ou peut-être, aussi, emballés à votre tour. Des événements marquants, des tournants pour la scène locale de tout acabit (danse, musique, arts visuels, théâtre) qui changent la face de la Labeaume City à leur manière. Modestement, en apparence, sans tambour ni trompette pour la plupart, mais qui contribuent à dépoussiérer l’image que certains rabat-joie se font de la capitale provinciale de la fonction publique.

Exit les idées des animateurs de radio redneck, la haine véhiculée à l’endroit de ce que ces grandes-gueules-là appellent les B.S. de luxe. Les artistes de Québec travaillent dur et souvent dans l’ignorance presque totale de la presse locale pantouflarde. Il est temps de mettre les créateurs d’exception sous les projecteurs!

5- Faire l’amour, l’invitation sulfureuse du Périscope
Un porno pour le cœur, un texte d’une grande humanité et des acteurs à fleur de peau. Faire l’amour, c’est le titre d’une pièce écrite par la même Anne-Marie Olivier qui dirige le Théâtre du Trident de 9 à 5 et probablement au-delà des heures de bureau. Une pièce qui a d’abord (ne l’oublions pas) été présentée dans l’ancienne synagogue de la rue Crémazie avant d’être exportée à l’Espace Libre et retranscrite dans un bouquin édité par Atelier 10 (magazine Nouveau Projet). Le genre de spectacle rassembleur, et pas juste grâce au titre franchement racoleur, qui fait pleurer de beau. Un tour de force dans la douceur, une pièce qu’on espère voir traduite et reprise dans 20 ans.

Top 5 des bons coups  locaux et culturels  de 2014 – Satellite 418 – La chronique de Catherine Genest – Voir.ca

[…]

1-La petite scène au Cercle
La palme de l’acte de démocratisation suprême va toutefois à La Rotonde et au Cercle qui ont fait front commun cette année pour présenter de la danse contemporaine… dans un bar! Présenter Margie Gillis en permettant aux spectateurs de parler et de boire une bière en même temps, ça prenait des couilles!

Bien que calquée sur un concept qui existait déjà à Vancouver, La petite scène innove localement et permet à toute une communauté de créateurs de se faire connaître au-delà des cercles d’initiés. Une façon originale de diversifier son public.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: VOIR, Catherine Genest Publié dans , | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire