La danse émotionnelle de Daniel Léveillé, par Le Métropolitain

Publié le 2 novembre 2015 par Marie-Hélène Julien

Article paru le 31 octobre sur Le Métropolitain à propos de Solitudes solo que La Rotonde aura le plaisir de recevoir en mars 2016

Solitudes Solo, Emmanuel Proulx, par Denis Farley

Sur la photo : Emmanuel Proulx Photo de Denis Farley

Dans le monde de la danse, Montréal compte comme l’une des cinq ou six destinations favorites, selon le chorégraphe Daniel Léveillé, qui a lui-même fortement contribué à la renommée de la ville sur ce point. Fort d’une expérience de 40 ans, d’une fibre artistique acclamée dans le monde entier et d’une ambition assumée, M. Léveillé a mis sur pied la compagnie Daniel Léveillé Danse avec un succès certain. Il présente à Toronto son dernier spectacle Solitudes Solo.

« Je suis essentiellement chorégraphe, explique-t-il, même si j’ai fait de la danse à mes débuts. La particularité de cette pièce, c’est que je me suis retrouvé à faire un choix, ce pour quoi les gens me reconnaissent maintenant. La structure de l’œuvre est restée telle quelle, mais dans mes pièces précédentes mes danseurs étaient nus. Aujourd’hui, ils sont peu vêtus, en sous-vêtements. Je ressens le besoin de voir et de montrer les corps. »

Centré sur les états émotionnels de la condition humaine, Solitudes Solo se veut un miroir de l’être : « Essentiellement, la danse ne peut pas, elle n’est pas précise, la danse ne nomme pas, ajoute le chorégraphe. Ce qui est présenté sur la scène ce sont des êtres humains. C’est une possibilité de voir la beauté, à quel point nous sommes des êtres complexes, faits de forces et de faiblesses. Tout ce qui relève de la perfection m’énerve, je trouve que c’est du fascisme. »

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: Le Métropolitain, Webmestre

Publié dans , | Marqué avec , , | Laisser un commentaire