La ronde de La Rotonde – Tour de piste pour les 20 ans du diffuseur de danse de Québec par Catherine Lalonde

Publié le 18 juin 2016 par Sandrine Lambert

À l’occasion de nos 20 ans,  Catherine Lalonde publie un magnifique article, fruit d’une entrevue avec notre directeur général et artistique, Steve Huot, soulignant les bons coups et les défis pour la danse contemporaine à Québec.

Photo: Jean-François Brière «Clash», d’Harold Rhéaume, avait été présenté en 2004.

Photo: Jean-François Brière
«Clash», d’Harold Rhéaume, avait été présenté en 2004.

« Demain matin, Montréal m’attend… » C’est pour dédire cette chansonnette que La Rotonde, depuis 20 ans, diffuse de la danse contemporaine à Québec. Afin que le public puisse voir les créations de l’heure sans se taper trois heures de route. Et afin d’aider à professionnaliser le milieu, en travaillant à ce que danseurs et chorégraphes puissent un jour aspirer à gagner leur vie, au moins en partie, sans s’exiler de leur ville de coeur.

« Ce dont on est le plus fiers, c’est d’avoir développé un public pour la danse à Québec, résumait d’emblée en entrevue le directeur général et artistique de l’organisme, Steve Huot. Ça nous revient, en collaboration avec les artistes de Québec, et avec le Grand Théâtre de Québec qui dirige maintenant l’autre programmation de danse ici. Notre public est nombreux, il a grand appétit. Le taux d’occupation moyen de nos salles est régulièrement au-dessus de 80 %. »

La programmation de La Rotonde vise, année après année, un large auditoire. « On n’est pas dans un esprit laboratoire. On propose au public des expériences de danse contemporaine, mais pas des oeuvres expérimentales », poursuit M. Huot, précisant que ça n’empêche pas, à travers les oeuvres de Mélanie Demers ou de Catherine Gaudet par exemple, de mettre en question la forme ou la représentation. « Même si on est la deuxième plus grande ville de la province, en ce qui concerne le public on est davantage un grand Rimouski qu’un petit Montréal. Notre public n’est pas spécialisé. »

Pendant ses dix premières années, La Rotonde tenait six ou sept spectacles par année,« dont un par un Canadien hors Québec, deux par des artistes de la relève de Québec, un spectacle jeunesse, et souvent un par un artiste intermédiaire de Québec. Ce format, poursuit Steve Huot, ne nous permettait pas d’être représentatifs de l’effervescence de la création canadienne, dont Montréal est le principal pôle. En augmentant à neuf spectacles, avec les mêmes subventions, grâce aux partenariats avec d’autres diffuseurs et en augmentant le nombre de spectateurs payants par spectacle, on a accéléré le développement de public. » Pour cette année anniversaire, La Rotonde se fait le cadeau de présenter 13 spectacles. « D’être un diffuseur itinérant, de ne pas avoir de salle de spectacles, cela nous permet chaque fois de trouver la bonne salle pour le bon show. On utilise cette année huit lieux différents, dont deux qui sont atypiques (il y a un aréna !). »

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

Source: Le Devoir, Catherine Lalonde.

Publié dans , , , , , , , | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire