Karine Ledoyen: une relation de confiance par Raphaëlle Plante, Le Soleil

Publié le 3 octobre 2016 par Sandrine Lambert

À l’occasion de nos 20 ans, Le Soleil est allé s’entretenir avec des chorégraphes de Québec pour approfondir le rôle d’un diffuseur auprès des créateurs de Québec.

La chorégraphe Karine Ledoyen, qui a fondé la compagnie Danse K par K en 2005, présente sa nouvelle création Danse de nuit à la fin octobre. PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

La chorégraphe Karine Ledoyen, qui a fondé la compagnie Danse K par K en 2005, présente sa nouvelle création Danse de nuit à la fin octobre.
PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

(Québec) «S’il n’y avait pas La Rotonde, je ne serais probablement pas là», dira Karine Ledoyen en entrevue au Soleil. La chorégraphe, qui a fondé la compagnie Danse K par K en 2005, reconnaît que le diffuseur spécialisé représente un «joueur majeur» dans sa carrière.

[…]

La chorégraphe insiste sur la relation de confiance qui existe entre le diffuseur et elle : «La Rotonde m’a toujours diffusée, il y a une confiance dans ma création [… ] Il a présenté mes premiers spectacles et on a évolué ensemble.» C’est une relation très particulière qui s’établit entre un artiste et le diffuseur, le premier voulant grandir dans sa création, tandis que le second doit rendre les spectacles accessibles au public, explique-t-elle.

Celle qui a aussi été interprète pour Le fils d’Adrien danse signale le travail de développement de public accompli par La Rotonde, qui permet aujourd’hui de présenter des propositions «plus pointues» aux gens de Québec.

Karine Ledoyen a «très hâte» de présenter sa nouvelle création, Danse de nuit, fin octobre. Un spectacle «entre la performance et la danse, qui oscille dans le rêve, le cauchemar, la fragilité», décrit-elle.

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

Source: Le SoleilRaphaëlle Plante.

Publié dans , , | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire