Major Motion Picture: Épiphanie du mouvement par Robert Boisclair

Publié le 3 novembre 2017 par Valérie Roussel

Robert Boisclair nous présente sa critique de Major Motion Picture de Out Innerspace Dance Théâtre sur les Enfants du paradis bloguent!

Sept danseurs qui deviennent quinze personnages, voilà ce que offre Major Motion Picture dans une production à la fois dansée et cinématographique. Une production où l’effet miroir domine dans un univers à la fois mystérieux et cauchemardesque.

Crédit photo: Wendy D.

 

[…] Épiphanie du mouvement

Le spectacle divisé en deux temps est une merveilleuse épiphanie du mouvement. Le mouvement y est mis en évidence. Le geste est fluide. Il est lent ou rapide. Métamorphosé aussi. Les images proposées par la gestuelle très typique de la troupe sont parfois surprenantes ou teintées d’un bel humour. L’impression qui se dégage est celle de l’essence même du mouvement. Un peu comme si soudainement sa compréhension intrinsèque jaillissait en plein visage. La nature même du mouvement n’étant plus un mystère.

 

Crédit photo: Wendy D., M. Doucette

Dans le première partie, le spectacle est scindé en deux blocs d’environ 45 minutes, les sept danseurs personnifient deux gangs de sept individus qui s’observent sans jamais se rencontrer directement alors qu’un étrange personnage sans tête squatte le territoire. En deuxième partie, les deux gangs finissent par se rencontrer alors que l’étrange personnage rôde toujours. Des caméras espionnent les protagonistes… tout comme les spectateurs.

Raymond et Tregarthen propose une très belle fable dans un univers à la fois mystérieux et cauchemardesque. Major Motion Picture est à la fois spectacle de théâtre, de cinéma, à la manière des films muets où la musique est aussi importante à l’ambiance que le déroulement de l’action, ou de mime, les danseurs sont cagoulés ou masqués, grâce à un effet de maquillage fort bien réussi.

Un petit je-ne-sais-quoi
Les spectacles qui nous arrivent de Vancouver ont un petit je-ne-sais-quoi qui me fascine. Ils arrivent avec un style typique de cette région. Ils sont toujours, selon moi bien sûr, un peu hors des sentiers battus. La rencontre, l’observation s’y glisse souvent. Ils sont à la fois mystérieux et fascinants. Et celui-ci ne fait pas exception. Des spectacles qui donnent le goût de traverser le continent pour voir une saison complète de la scène dansée vancouvéroise.
[…]

Crédit photo: Wendy D.

 

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

Écoutez notre interview avec David Raymond ici (vers la quarantième minute de l’émission du 30 octobre).

Source: Robert Boisclair, Les Enfants du paradis bloguent!

Publié dans , | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire