BLEU.: combatif, haletant et moult couleurs, sur Les Enfants du paradis

Publié le 19 janvier 2018 par Valérie Roussel

Bleu., un titre énigmatique ouvrant la porte à moult questionnements ou clefs de lecture. Un titre un peu trompeur aussi puisque le bleu n’est pas la seule couleur présente, chaque danseur ayant sa propre couleur. Retour sur un spectacle qui surprend et épate.

Bleu. 2 - Fabrizio Clemente

Photo: Fabrizio Clemente

 

Bleu. se joue dans un corps à corps tour à tour pudique ou tendu, haletant ou belliqueux, de peau à peau, questionnant l’impact, l’ecchymose et tout ce qui remonte à la surface après les heurts. Une errance bleutée dans une plaine sombre, un paysage-cimetière austère et élégant qui, au fil de la gestion de la douleur, de sa mise en tension, laisse apparaître toute la fragilité, l’humanité de celui ou de celle qui la porte et qui continue d’avancer.

Un spectacle de l’intime

Le titre énigmatique fait référence à l’ecchymose, cette petite blessure bleutée qui apparaît au moment du choc entre la peau et un objet ou un autre corps. Petite blessure qui prend différentes teintes au fur et à mesure de la guérison. Bleu. c’est un peu ça. Les danseurs, joliment titré artiste chorégraphique dans le programme, ont différentes couleurs. L’un est rouge, l’autre jaune, l’autre bleu. La couleur bleu n’est qu’un état temporaire qui s’évapore doucement pour laisser place à une autre, puis une autre. Tout comme ce septuor de danseurs.

La chorégraphie s’inspire fortement de ce choc d’un objet avec un corps. Ici, il ne s’agit pas d’une chorégraphie à sept artistes mais de sept solos simultanés qui, occasionnellement, s’entrechoquent. Les corps se touchent un instant puis reprennent leur course. De ces chorégraphies qui se rencontrent peu, il se dégage une vision de l’intime. Une sorte d’entrée dans le corps, une découverte nouvelle des sensations.[…]

 

Lisez l’article complet de Robert Boisclair sur Les Enfants du paradis bloguent, le 19 janvier 2018, ici.

Publié dans , | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire