Chroniques du regard 2017-18  No 16 – Programme double : La fille d’à côté de Josiane Bernier et Duet For One Plus Digressions d’Andrew Turner

Publié le 18 avril 2018 par Mario Veillette

Dans le studio A de la Maison pour la danse, pour une série de six représentations, deux créateurs présentent chacun une chorégraphie dont ils sont les personnages. D’une part, Josiane Bernier, de Québec, a créé un duo de trente minutes en collaboration avec l’interprète Catherine Tardif et les deux créatrices se retrouvent sur scène. D’autre part, le montréalais Andrew Turner présente un presque solo de trente-cinq minutes qu’il tourne depuis 2008 et qui lui a valu de nombreux prix et quelques reconnaissances internationales.

Programmedouble

Photo : Philippe Lessard Drolet / Ollie Smith

 

« Programme double » c’est pour vous si vous voulez découvrir de nouveaux chorégraphes.

 

« Programme double » c’est pour vous si vous êtes intéressés par la danse théâtrale et performative.

 

 « Programme double » c’est pour vous si vous aimez les spectacles simples et intimes, ainsi que les courtes formes.

 

La fille d'à côté - Crédit Philippe Lessard-Drolet(3)

Photo de La fille d’à côté : Philippe Lessard Drolet

 

Le spectacle

Dans La fille d’à côté, un duo de Josiane Bernier chorégraphié avec la complicité de la danseuse montréalaise Catherine Tardif, se retrouvent sur scène deux femmes habituées des planches et des représentations devant public. Dans un spectacle tout en simplicité, elles suivront un canevas écrit impliquant une suite d’actions ou d’attitudes comportementales. Il s’agit, selon les mots de la chorégraphe, « d’un moment de vie partagé avec le public plutôt qu’un spectacle ». Ensemble, elles ont comme tâche de garder leurs qualités humaines et leurs personnalités « civiles » car il n’y a pas de personnages à jouer. Tout au plus, leurs niveaux de présence seront légèrement « trafiqués » par le simple fait d’être devant public.

Les deux danseuses se retrouvent sur scène dans un exercice de présence. Le canevas est écrit mais reste vivant et réactif. Les indications scéniques pourront jouer sur les niveaux d’attention et de présence des artistes sur scène, et certains moments précis pourront ainsi influencer le récit en cours. Jouant avec les canaux de communications entre leurs mondes intérieurs et le monde les environnant (le public qui regarde faisant indéniablement partie de leur monde), elles devront se questionner sur les objets de leur attention, sur l’importance qu’elles portent aux choses et aux actions, sur ce qui devient essentiel pour elles. Sur un mode relationnel, elles devront aussi se questionner sur l’importance de l’offrande à l’autre ainsi que sur les effets et conséquences du silence.

Il faut aller à la rencontre de la fille d’à côté car elle est attirante et intrigante. Elle est toute simple malgré sa complexité. La fille d’à côté est unique tout en étant multiple. La fille d’à côté est humble et courageuse. La fille d’à côté est patiente mais impatiente de vous rencontrer.

 

la fille d'a cote_credit Emilie Dumais

Photo de La fille d’à côté : Emilie Dumais

 

Dans Duet for One Plus Digressions, le danseur et chorégraphe Andrew Turner fait face à une situation délicate. Seul sur scène, et en tant que lui-même, il remet en question la possibilité de présenter au public une danse en duo qu’il avait prévue et pratiquée car il manque un élément essentiel à sa chorégraphie : sa partenaire. Advienne que pourra : « The show must go on ».

Le danseur et chorégraphe en profitera pour retenir les spectateurs en les divertissant de multiples façons. Faisant fi du quatrième mur, il s’adresse alors directement au public pour lui révéler l’inspiration, le concept et le contenu de la danse qui aurait été présentée. Avec humour, il permet aux spectateurs d’entrer dans la fabrication d’une œuvre dansée en dévoilant dans le détail ses plans de travail et en parsemant son discours d’une gestuelle puissante et pleine de vie.

Le public reçoit l’œuvre sous une autre forme que celle qu’il attendait. Il ne regarde pas une danse peaufinée lors des répétitions. Il doit l’imaginer mais, par le simple fait de regarder le chorégraphe expliquer et détailler son œuvre, cette collaboration inattendue permet à un autre spectacle de prendre forme. Ce sera moins une danse qu’un événement performatif intégrant un discours, plusieurs supports visuels et des extraits du duo exécutés en solo.

L’approche est risquée, le spectacle est déconstruit et les paramètres habituels de la représentation devant public sont bousculés. Mais rien n’est dissimulé. La relation est franche. Dans une approche bon enfant et sympathique, Turner improvise (ou pas ???) devant l’adversité et fait feu de tout bois. Les spectateurs pourront se laisser prendre au jeu et pourront croire au succès de l’entreprise tout en se demandant: «Qu’est-il en train de se passer ?»

Concernant Duet For One Plus Digressions, Fabienne Cabado en disait (Voir, 2010) : « … désormais bien rodé en français. Sa théâtralité intelligente et drôle et sa gestuelle athlétique en font une introduction toujours efficace à la danse contemporaine.». Pour sa part, Marion Gerbier (dfdanse.com. 2011) déclarait: « Chaque fois qu’il s’agit d’évoquer le travail d’Andrew Turner, c’est pour souligner sa présence, l’urbanité de son style, son engagement dans une chorégraphie énergique et sportive, et la richesse tout comme la dérision de son propos… Cette fois, c’est son agilité féline sa classe et son tact qui m’ont renversée. Sous des apparences innocentes, sa pièce va loin dans la réflexion sur l’honnêteté et la spontanéité de la création».

 

Duet-for-One---Andrew-Turner---Crédit-OllieSmith

Photo de Duet for One Plus Digressions : Ollie Smith

 

Les chorégraphes

La fille d’à côté est chorégraphié par Josiane Bernier, une interprète souvent vue sur les scènes de la Rotonde, entre autres dans Le Cri des méduses (2018) d’Alan Lake, dans Entre (2016) de Théâtre Rude Ingénierie, dans Bach, le mal nécessaire (2013) et Père et mère (2011) de Mario Veillette. On l’a aussi vue dans des spectacles théâtraux de la compagnie Les Incomplètes et dans de multiples événements performatifs dont Où tu vas quand tu dors en marchant du Carrefour de Théâtre, Dreamland (2016) et Saison complète (2018) de Théâtre Rude Ingénierie  ainsi que dans 150 cabanes (2017) de L’Orchestre de l’Homme-Orchestre.

Josiane Bernier a effectué des études en théâtre et en philosophie à l’Université Laval avant de  s’investir dans la formation professionnelle de L’École de danse de Québec (terminée en 2010). Entre autres, elle a déjà réalisé trois projets alliant danse et théâtre : Refuge (2011), Trace (2013) et Plaisirs (2014) et cocréée la vidéodanse Territoire (2014). De plus, Josiane est cofondatrice du Bloc.danse, plate-forme de recherche en danse contemporaine.

La création de La fille d’à côté s’est effectuée en collaboration avec la danseuse et chorégraphe Catherine Tardif qui utilise souvent l’improvisation comme point de départ au processus créatif de ses propres créations présentées entre autres par sa compagnie Et Marianne et Simon.

 

Andrew Turner a étudié en histoire et en philosophie avant de s’orienter vers le programme de danse contemporaine de l’Université Concordia à Montréal (terminé en 2004). Sa chorégraphie Duet For One Plus Digressions (2008), a reçu des distinctions de l’Office Québécois Wallonie-Bruxelles pour la jeunesse, de l‘Office Québec-Amériques pour la jeunesse, du Studio 303 et des Entrées en scène Loto-Québec. Ses différentes œuvres ont été présentées au Canada, en Belgique, en France, au Mexique et aux États-Unis. De 2011 à 2013, il a dansé pour la compagnie O Vertigo et vient de terminer une maîtrise en danse à l’UQAM avec la présentation en 2017 du projet de  recherche-création while_vague: the town while_vague

Parmi ses autres œuvres, Andrew Turner a présenté le trio Now I Got Worry (2010) et le quintet A Standard of Measure, Except Not Really (2015). En collaboration avec d’autres organismes, il a fait une résidence de création (2010) avec la compagnie Montréal Danse dont on peut voir des images ici et ici et créé Speeds and Slownesses 1a (2014) pour le Ottawa Dance Directive.

La gestuelle utilisée par Turner dans ses créations est souvent vive et puissante, repoussant les limites de la physicalité tout en gardant précision et nuances. Les concepts à la base de ses créations explorent les multiples façons de repousser les limites de la performance. Avec humour, il traverse souvent le quatrième mur et parle directement au public, lui lance des explications, fait des commentaires, offre des pistes d’interprétation.Un exemple de son approche humoristique peut être illustrée par Le Stomp Notre Dame – Line Dance dont les images sont ici.

 

Duet for One - Andrew Turner - Crédit OllieSmith

Photo de Duet for One Plus Digressions : Ollie Smith

Les collaborateurs

Pour La fille d’à côté de Josiane Bernier :

À la cocréation : Catherine Tardif .

Lumières de Philippe Lessard Drolet.

Conseils artistiques de Nicolas Cantin.

Pour Duet For One Plus Digressions d’Andrew Turner :

Interprétation de Milan Gervais.

Musique de David Drury.

Lumières de Timothy Rodrigues.

Conseils artistiques d’Annie Gagnon (Montréal) et de Thea Patterson.

Publié dans | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire