Arrière Scène

[CRITIQUE] Infinity Doughnut – par Mon Théâtre

Publié le 12 avril 2018 par Laurence Bégin

Présenté ces jours-ci à la Maison pour la danse par La Rotonde, Infinity Doughnut de la chorégraphe Katie Ward se qualifie de « participatif ». Les spectateurs sont invités à se placer en deux files et entrent en se tenant par la main dans une salle jonchée de couvertures placées géométriquement. Les interprètes mettent la table en décrivant les interconnexions qui existent dans l’univers, du micro au macro, naïvement, à la manière d’enfants qui découvrent le monde.

La performance sort assurément des sentiers battus, explorant des mouvements s’approchant davantage de l’expression corporelle que de la danse comme nous y sommes habitués, mais le spectateur n’est pas autant sorti de sa zone de confort qu’on aurait pu le croire dans le cadre d’un spectacle participatif.

À la manière d’électrons qui s’entrechoquent, s’attirent et se repoussent, les interprètes évoquent avec leurs mouvements des jeux d’enfants et évoluent jusqu’aux jeux de fuite et poursuite de l’âge adulte. On traverse le spectacle dans un état de fièvre hallucinée, pour ne pas dire hallucinogène. On apprécie particulièrement deux moments ludiques où le spectateur est impliqué plus directement : celui où les interprètes déplacent quelques spectateurs en les faisant glisser sur leur couverture d’un côté à l’autre de la salle, suscitant les fous rires, et celui où la chorégraphe nous invite à nous coucher sur le sol. Sa voix chantante nous invite à explorer différents espaces, nous faisant ainsi littéralement prendre corps avec son propos, et pour un moment, plutôt que de simplement assister à la performance, le spectateur la vit à travers le son.

Infinity Doughnut est aussi dépaysant que son titre le laisse soupçonner – un esprit ouvert est de mise, de même qu’un certain lâcher-prise afin de renouer avec l’enfant en nous et ainsi trouver quelques repères dans cette performance qui peut facilement être déroutante.

Lisez la critique complète de Sylvie Isabelle, dans Mon Théâtre, le 12 avril 2018.

Photo : Svetla Atanasova

Publié dans , | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire
» «