Rencontres chorégraphiques – Priscilla Guy et Catherine Lavoie-Marcus

Publié le 4 octobre 2019 par Laurence Bégin

Avant chaque spectacle de la saison 2019-2020, La Rotonde, en partenariat avec le Voir, met les projecteurs sur le travail des artistes qui construisent sa vibrante programmation. Place aux Rencontres chorégraphiques.

Singeries-147

Artiste multidisciplinaire partageant sa vie entre Montréal et Marsoui, Priscilla Guy est formée en arts visuels et en danse contemporaine. Elle est directrice artistique de Mandoline Hybride, compagnie qu’elle a fondée en 2007. Elle cumule un répertoire allant de la vidéodanse à l’infiltration d’espaces publics ; de l’installation multimédia à des chorégraphies pour la scène. Pour sa part, Catherine Lavoie-Marcus est chorégraphe, performeuse et chercheuse en arts vivants. Basée à Montréal, elle publie des réflexions sur la danse contemporaine pour des ouvrages collectifs en plus d’être chroniqueuse à la revue esse arts + opinions. À la fois grandes amies et co-créatrices, Priscilla Guy et Catherine Lavoie-Marcus unissent leurs forces pour présenter Singeries.

 

Pouvez-vous nous parler d’un moment fort qui a marqué votre pratique de la danse?

Les moments forts existent au prix d’une succession de moments mineurs : des échappées furtives loin de l’ordinateur, des courbatures aux lendemains de spectacles, un émerveillement devant des choses inutiles comme être capable de se tenir sur une jambe très longtemps et de petites enjambées par-delà les impasses quotidiennes. La danse est pour nous un passage et non une fin, une amie sympathique que l’on veut connaître davantage. La force de la danse ne se trouve peut-être pas dans ses moments forts, mais dans les nuances infinies de gris qu’elle dessine sur nos os. « Chaque fois que nos articulations fléchissent » serait aussi une réponse pertinente à votre question.

 

Qu’est-ce qui vous a amené à la danse?

Tout sauf la danse : dix années de chutes brutales en patinage artistique ; faire les cent pas à la gare ; oublier de ne pas bouger quand il ne faut pas (en classe de philosophie) ; l’élégance des feintes en escrime ; remarquer que des tensions animent l’espace vide ; le ballet des oiseaux au-dessus d’une carcasse ; l’abandon d’une démarche de clown affadie ; cultiver l’espoir d’un jour savoir danser vraiment. Notez : nous nous amenons continuellement à la danse et l’inverse est aussi vrai.

 

Quelles thématiques vous rejoignent particulièrement en ce moment?

Les colères non-pamphlétaires. La vie libre. Greta qui pleure aux Nations Unies. L’abolition des prisons pour migrants. La représentation des corps des femmes à l’écran. Le détournement du numérique. L’humour comme arme.

Lire toutes les Rencontres chorégraphiques

 

Photo : Catherine Lavoie-Marcus et Priscilla Guy dans Singeries / Crédit : Svetla Atanasova

Publié dans , | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire