Chroniques du regard 2019-2020 | 05 – SUITES PERMÉABLES

Publié le 7 janvier 2020 par Mario Veillette

SUITES PERMÉABLES d’Emmanuel Jouthe (compagnie Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe)

SUITES PERMÉABLES, de la compagnie montréalaise Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe, est une création pour 6 danseurs qui promet une expérience sociale et artistique aux spectateurs. Dans une mise en place non conventionnelle du public, ceux-ci se retrouvent au cœur d’une danse qui s’effectue en grande proximité. Demandant une générosité et une implication à toute épreuve de la part des interprètes, ces interactions artiste-public questionnent les rapports physiques, la notion d’espace personnel et les dimensions cachées de la rencontre avec autrui. Dans le cadre intime du studio Desjardins de la Maison pour la danse, ce spectacle de presque une heure sera présenté deux soirs seulement, à raison de deux représentations par soir.

SUITES PERMÉABLES, par Mathieu Doyon

 

SUITES PERMÉABLES, c’est pour vous si vous aimez les spectacles intimes.

SUITES PERMÉABLES, c’est pour vous si vous aimez les expériences de proximité.

SUITES PERMÉABLES, c’est pour vous si vous aimez les rencontres inattendues pouvant influencer vos perspectives sociales et artistiques.

 

SUITES PERMÉABLES, par Mathieu Doyon

Le spectacle

Présenté comme étant une « pièce chorégraphique au paysage atypique », SUITES PERMÉABLES se veut une source de questionnement sur l’intimité et les rapports physiques. Prenant en compte les différences culturelles régissant la distance acceptable entre individus, les danses sont présentées en mettant au défi les spectateurs d’entrer en contact, dans leur espace personnel, avec les artistes présents.

Sur une scène étroite très proche des spectateurs, le corps des danseurs est mû par une présence « à la fois douce et dérangeante ». À travers des activités sans narrativité présentées sans esthétisation ni stylisation excessives, la danse prend forme dans la réalité concrète de gestes quotidiens, aisément reconnaissables.

Si les désirs et aspirations du chorégraphe sont répondus, les spectateurs sortiront de leur zone de confort pendant la rencontre. Ils vont se rapprocher d’autres humains, sentir l’autre, sentir le monde et ses vicissitudes à travers la danse. Ils vont expérimenter le monde à travers des « bulles individuelles » renouvelées, laissant une place à la respiration ou même à la transpiration des danseurs.

Toutefois, dans un effort constant de rester accessible malgré le « dérangement » souhaité chez les spectateurs, la rencontre est proposée « comme on lance un regard, comme on tend la main, comme on murmure à l’oreille ».

Créé à Montréal au printemps 2015, le spectacle SUITES PERMÉABLES fut immédiatement présenté une dizaine de fois dans différentes Maisons de la culture. Il a ensuite été présenté chaque année dans différents lieux de la métropole avant de partir cette année en tournée provinciale. Le premier arrêt de cette tournée 2020 est à la Maison pour la danse.

SUITES PERMÉABLES, par Mathieu Doyon

Le chorégraphe

Emmanuel Jouthe est diplômé en danse de l’UQAM. Après avoir cofondé la compagnie Danse Carpe Diem, composée de six membres chorégraphes et interprètes, il prend en 1999 la direction artistique de la compagnie, qui devient alors Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe (DCD/EJ). Son corpus chorégraphique compte plus d’une quinzaine d’oeuvres qui ont été diffusées internationalement et Jouthe est reconnu pour ses spectacles énergiques et dramatiquement intenses, souvent présentés in situ.

Pour le chorégraphe, la danse se doit d’être un échange humain et sensible pouvant se décliner avec autant de douce poésie que de fougue percussive. Les expériences chorégraphiques qu’il propose en spectacle ou en situations de médiation culturelle visent le dialogue où la parole est souvent appuyée par la force du geste.

La compagnie

En plus de travailler à la création, production et diffusion d’œuvres chorégraphiques, DCD/EJ s’affaire à la médiation culturelle et au développement du public de la danse contemporaine. Favorisant la recherche continue, la compagnie est membre de Circuit-Est centre chorégraphique.

Selon le site de la compagnie : « En plus de répondre à ses objectifs artistiques et humains, les actions de médiation culturelle concourent à dynamiser la relation entre la compagnie et les publics en interpellant le regard du spectateur via des propositions variées, artistiquement riches, néanmoins accessibles, qui diffèrent de la simple rencontre après le spectacle.»

SUITES PERMÉABLES, par Mathieu Doyon

Les interprètes

Les six interprètes de SUITES PERMÉABLES ont collaboré à la création du matériel dansé. Se retrouveront sur scène : Élise BergeronFrédéric GagnonNicolas LabelleJames PhillipsJessica Serli et Marilyne St-Sauveur.

Les collaborateurs

À la direction technique et aux lumières : Mélanie Primeau
Comme consultante artistique et répétitrice : Christine Charles

Les liens externes

La bande-annonce de SUITES PERMÉABLES est ici.

Une critique du spectacle lors de sa présentation en 2016 est ici. En voici un extrait: « Cette alternance de douceur, cette confrontation pacifique voire drôle parfois met à l’aise, enchante et captive. En plus la danse est tout aussi passionnante que le concept, ce qui ne gâche rien. […] tout est utilisé pour arriver à créer une empathie entre le danseur et le spectateur ami… Les danseurs sont magnifiquement mis en valeur. Tous ont une partition large, un vrai parcours à défendre dans la pièce, pas d’anonymat, ou d’interprètes sur le banc de touche, non, tout compte, tout est à vue. »

Pour une entrevue radio (08:16) avec Emmanuel Jouthe au sujet de SUITES PERMÉABLES et de la médiation culturelle, c’est ici.

 

Photos : Mathieu Doyon

Publié dans , | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire