Rencontres chorégraphiques – Emmanuel Jouthe

Publié le 9 janvier 2020 par Laurence Bégin

Avant chaque spectacle de la saison 2019-2020, La Rotonde, en partenariat avec le Voir, met les projecteurs sur le travail des artistes qui construisent sa vibrante programmation. Place aux Rencontres chorégraphiques.

Emmanuel Jouthe, par Mathieu Doyon

Basé à Montréal, Emmanuel Jouthe compte parmi les chorégraphes reconnus du paysage chorégraphique québécois. Il est cofondateur et directeur artistique de la compagnie Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe. Son corpus chorégraphique compte une quinzaine de pièces créées dans les douze dernières années. Pour le chorégraphe, la danse doit être un échange humain et sensible pouvant se décliner avec autant de douce poésie que de fougue percussive. Avec SUITES PERMÉABLES, Emmanuel explore l’intimité et les relations de proximité entre le spectateur et la danse.

 

Qu’est-ce qui vous inspire au quotidien?

Bien que je n’y comprenne absolument rien, mais franchement rien, je trouve beaucoup de plaisir à écouter certaines conférences sur le Net de philosophes et d’astrophysiciens. Ils ont une façon « d’expliquer » l’Univers qui dynamise chez moi la faculté d’imaginer l’infini et l’inconnu. C’est stimulant lorsque je suis en studio. Les interprètes avec qui je travaille m’inspirent tout autant. Et je dis très sérieusement que le comportement des nuages est assez riche de petites histoires.

 

Pouvez-vous nous parler d’un moment fort qui a marqué votre pratique de la danse?

Ma rencontre avec Felix Ruckert, chorégraphe allemand, avec qui j’ai travaillé au début des années 2000 et qui a contribué à mon questionnement sur la relation dynamique avec le spectateur.

 

Un artiste qui vous inspire (tous milieux confondus)?

À cette question, je répondrais plutôt à : Quelle démarche artistique m’inspire à travers un ou des spectacles que j’ai vu en danse ?

Il y a environ trois ans, j’ai eu la chance de voir Antoine et Cléopâtre du portugais Tiago Rodrigues.

J’ai été tout récemment très touché et interpellé par Rather a Ditch de Clara Furey.

L’œuvre Récital d’Anne Thériault est une des plus belles manifestations du féminin que j’ai pu apprécier dans ma carrière en danse.

 

Lire la Rencontre avec Emmanuel Jouthe

 

Photo : Mathieu Doyon

Publié dans , | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire