La Rotonde

Author Archive

Communiqué – La Rotonde – Noire

Communiqué - La Rotonde - Noire

 

NOIRE

D’EUX
ANNIE GAGNON/ QUÉBEC
1er.2.3 MAI, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

Sur fond de clairs-obscurs, Annie Gagnon aborde la souffrance et la perte de repères avec poésie et humanité.

Créée en 2013 et 2014, Noire s’annonce à la fois grave et enveloppée de lumière. Métaphore du temps qui passe, la pièce est née des ruines de vies à l’envers, là où l’espoir tranquille jaillit de sous les décombres.

Deux danseuses et un violoncelliste évoluent dans un univers où les cendres descendent du ciel et la lumière rejaillit du sol. Un divan décrépit, un pupitre de bois et une structure grugée par les flammes représentent les seuls vestiges de leurs mémoires.

Sous les faibles rayons de lumière,
l’espoir s’allume et s’éteint.

Et la vie s’accroche.

Noire : une œuvre qui parle de résilience, de courage, de cette force qui nous fait ressurgir au lendemain des moments difficiles de la vie où, soudainement, tout ce qui semblait acquis s’écroule.

ANNIE GAGNON
Jeune chorégraphe et interprète que l’on voit sur scène depuis sa sortie de L’École de danse de Québec en 2009, Annie Gagnon vise à émouvoir le public avec des œuvres authentiques et sensibles aux univers surprenants et atypiques. C’est avec Cocoon, diffusée en 2011, qu’elle découvre la richesse du travail avec objets
 qui sera l’un des principaux marqueurs de ses créations.

Annie Gagnon s’intéresse de plus en plus à la création d’une gestuelle physique et puissante, imbriquée dans des univers composés d’objets du quotidien.

Les contraintes ainsi créées sculptent les corps et les positionnent au cœur de mondes frappant l’imaginaire.

D’EUX
En 2012, elle crée D’Eux / Annie Gagnon, une compagnie qui souhaite ajouter sa touche personnelle au paysage actuel de la danse.

Noire, sa toute première production de longue durée, 
est en quelque sorte une œuvre synthèse. Elle porte en elle les bilans d’une recherche fondamentale effectuée en solo à l’automne 2011, ainsi que d’un extrait chorégraphique présenté à Québec et Montréal en 2012. Noire vient ainsi clore une période aux tons de gris et de noir, qui cèdera tranquillement la place à Blanc, nouvel univers de douceur et de lumière.


Communiqué Noire

Chorégraphie: Annie Gagnon
Interprétation: Isabelle Gagnon, Mélanie Therrien et le violoncelliste Raphaël Dubé
Composition originale: Diane Labrosse et Katia Makdissi-Warren
Scénographie: Guylaine Petitclerc
Éclairages: Caroline Ross
Durée: 55 minutes

Version PDF de communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communiqué-Noire-bas

Communiqué – La Rotonde – Je suis un autre

Communique¦ü-JSUA-haut

 

JE SUIS UN AUTRE

LORGANISME
CATHERINE GAUDET/ MONTREAL
10.11.12 AVRIL, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

J’ai côtoyé des penseurs. Ça m’a apporté de la profondeur. Ça m’a permis de définir ce qui m’intéressait et aussi de développer une gestuelle sans avoir besoin d’une dramaturgie extérieure pour transmettre mon propos. Le corps ne ment pas. À lui seul, il dit l’essentiel. Catherine Gaudet

Avec une troublante authenticité, Je suis un autre cherche à montrer ce qui se cache sous le vernis du conformisme social, en laissant voir l’ambiguïté de l’être une fois qu’il s’est libéré des conventions. Un regard fuyant, un visage qui rougit, une main qui tremble peuvent trahir notre véritable nature. Un duo choc, une œuvre chorégraphique forte qui sonde les méandres de la psyché et reflète les tourments de la condition humaine. Tiraillée entre le drame et l’absurdité de l’existence, Catherine Gaudet fait balancer le spectateur entre rires et grincements de dents.

***

Catherine Gaudet s’intéresse au lien étroit entre l’émotion et le corps ; elle est obsédée, dans son parcours chorégraphique, par la recherche d’un mouvement qui a du sens. Dans sa pratique, elle recherche les répercussions physiques provoquées par la tension entre instinct et conventions sociales.

À travers sa démarche, Catherine Gaudet répond à son besoin de découvrir comment l’état du monde affecte nos états d’être. Sa signature chorégraphique se plaît à sonder les méandres de la psyché humaine.

En tant qu’interprète Catherine Gaudet a travaillé auprès de divers chorégraphes.  En 2001 et 2007, elle parfait sa formation lors de stages en théâtre traditionnel balinais, en Indonésie.

C’est en 2004 qu’elle s’engage dans une recherche chorégraphique personnelle, au fil de laquelle elle crée Bibi et juju, Grosse Fatigue, l’Arnaque, Alex Lalune, Sourire forcé . En 2008, Grosse Fatigue remporte le deuxième prix de l’Aarhus International Choreography Competition au Danemark.

L’invasion du vide, la création précédant Je suis un autre, est  sélectionnée parmi les cinq meilleurs spectacles de danse de l’année par l’hebdomadaire VOIR en 2009.  Par la suite, Je suis un autre sera présentée, à guichet fermé,  au Théâtre La Chapelle en 2012 et 2013.Le spectacle sera de plus diffusé à la fin mars à la Maison de la danse de Lyon.

Catherine Gaudet offrira sa nouvelle création, en coproduction avec le FTA, en mai 2014.

Catherine Gaudet peaufine sa signature grinçante et confirme son talent à chorégraphier le monde intérieur des écorchés de la vie. Un must […]. –Fabienne Cabado, Voir


Communique¦ü-JSUA
DEUX ARTISTES SUR SCÈNE

Chorégraphie: Catherine Gaudet / Danseurs: Dany Desjardins et Caroline Gravel  / Conseillère artistique et répétition: Sophie Michaud / Conception sonore et musique: Jacques Poulin-Denis / Lumières : Frédérick Gravel

Durée : 65 minutes

Version pdf du communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communiqué-Trois-Paysages-bas

Communiqué – La Rotonde – Trois Paysages

Communiqué-Trois-Paysages-haut

TROIS PAYSAGES
DANSE K PAR K
KARINE LEDOYEN/ QUEBEC
20.21 MARS, 20 H
MATINÉES:  19 MARS 10 H / 13 H 30
20.21 MARS 13 H 30
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

« Karine Ledoyen est une particule singulière dans l’univers de la danse contemporaine. Lumineuse, elle plonge, elle cible et elle ose, entraînant dans son sillon tous ceux qui croisent sa trajectoire artistique. » – Josianne Desloges, Le Soleil

Karine Ledoyen poursuit sa recherche chorégraphique sur l’air et reprend un succès créé en 2013 : Trois paysages. Triptyque où apesanteur, légèreté, résistance et force d’attraction cohabitent dans les corps et dans l’espace, Trois paysages allie danse et nouvelles technologies en s’articulant autour d’une « machine à vent », ingénieux dispositif sonore imaginé par le compositeur Patrick Saint-Denis : un mur composé de 192 feuilles de papier animées par de minuscules ventilateurs qui s’actionnent en fonction des mouvements des danseurs. (Patrick Saint-Denis présentait d’ailleurs en février, dans le cadre du Mois Multi, une impressionnante conception sonore pour une installation de Jean-François Côté.) Portée par une gestuelle aérienne et sensible, l’œuvre engendre par son souffle la matérialisation poétique de l’air et donne à voir, toucher et entendre ce qui demeure trop souvent invisible.

On flotte donc sur un voyage de l’air avec trois danses qui explorent le vide, l’absence, les choses qui existent,
mais qu’on ne voit pas.

« La pièce répand une brise fraîche, porteuse du léger mystère sur la vie qui bat. Insoutenable légèreté de l’air et de l’être. On en sort avec un sentiment de plénitude. Et ça fait du bien. » – Frédérique Doyon, Le Devoir

« […] ce qui se déroule, devant nos yeux est sidérant. Alternant solo, duo, puis trio, les danseurs s’adonnent à la danse du vent avec un réalisme bluffant. »– Victoire Poittiez, Pieuvre.ca

Au-delà du spectacle, Trois paysages se veut aussi une expérience : Devenant partie intégrante de l’œuvre, un membre du public est invité à renoncer à son expérience de spectateur afin que la représentation puisse avoir lieu pour le plus grand bonheur de l’assistance…

Reconnue pour sa fougue et son dynamisme, Karine Ledoyen est à l’origine de nombreux projets créatifs. Son habileté à manier les effets scéniques marquants lui vaut des éloges depuis une bonne dizaine d’années et fait rayonner sa danse bien au-delà de la Capitale.

Fondée en 2005, sa compagnie, Danse K par K, compte cinq œuvres à son répertoire.

Parallèlement à la création des œuvres, Danse K par K met en place annuellement des projets spéciaux. On se rappellera notamment du projet OSEZ !, qui pendant
neuf ans, a contribué à l’effervescence de la circulation de la danse au Québec et à l’étranger.



Communiqué-Trois-PaysagesCINQ ARTISTES SUR SCÈNE

Chorégraphie: Karine Ledoyen, en collaboration avec les danseurs / Danseurs: Sara Harton, Fabien Piché, Eve Rousseau-Cyr et Ariane Voineau / Assistance à la chorégraphie: Ginelle Chagnon / Scénographie: Patrick Saint-Denis / Musique: Patrick Saint-Denis / Lumières: Louis-Xavier Gagnon-Lebrun / Costumes: Virginie Leclerc /

Durée: 50 minutes
Trois paysages a vu le jour grâce à des résidences de création soutenues par l’Agora de la danse et le Grand Théâtre de
Québec. Trois paysages est une coproduction avec La Rotonde, Centre chorégraphique de Québec.

Version pdf du communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communiqué-Trois-Paysages-bas

Communiqué – La Rotonde – Les mêmes yeux que toi

Les mêmes yeux que toi

LES MÊMES YEUX QUE TOI
ANNE PLAMONDON / MONTREAL
6.7.8 MARS, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

Une œuvre poignante qui aborde magnifiquement ces moments fragiles où tout peut chavirer.

 «Rarement une interprétation ne m’avait autant émue. Anne Plamondon ne danse pas, elle flotte littéralement. Les mêmes yeux que toi : la grâce à l’état pur.» Une parisienne à Montréal.com

«Une pièce sublime, à revoir, à revoir et à revoir !» – Mandana Anahita, Danses Nouvelles

Première œuvre solo de la lumineuse Anne Plamondon, Les mêmes yeux que toi aborde avec sensibilité la délicate question de la maladie mentale. Inspirée de la schizophrénie de son père, elle pose un regard sur la frontière ténue qui sépare la démence de la normalité.

Avec la collaboration de la metteure en scène Marie Brassard, la chorégraphe et interprète livre une performance où le corps dégage une fluidité exprimant la souffrance et la vulnérabilité engendrées par les états mentaux troubles.

Animée par une  fragilité débordante, elle explore ces zones grises, ces états qui nous habitent et qui nous font souffrir, l’incompréhension des autres, ce corps trop petit pour contenir une pensée sans limites…

Entre grâce et dépossession, elle incarne tantôt cet homme disloqué et incohérent, tantôt cette femme témoin du naufrage d’un père qui va basculer dans la folie.

ANNE PLAMONDON

Le style d’Anne Plamondon est qualifié de captivant, fluide, gracieux, polyvalent et radieux.

De 1994 à 2000, elle danse au sein des Grands Ballets Canadiens de Montréal, le Gulbenkian Ballet au Portugal, ainsi que le Nederlands Dans Theater II dirigé par Jirí Kylián, aux Pays-Bas. Durant cette période, elle participe à la création et/ou interprète les œuvres de plus de 30 chorégraphes. Elle débute une collaboration avec le Groupe RUBBERBANDance, à Montréal, en 2002, lorsque Victor Quijada l’invite à danser dans Hasta La Proxima.  D’abord interprète pour le Groupe RUBBERBANDance, elle devient ensuite codirectrice de la compagnie en 2005.

Anne Plamondon travaille également auprès d’autres chorégraphes et compagnies.  Depuis 2005, elle participe, en tant qu’artiste invitée par la compagnie Kidd Pivot, à la création de plusieurs œuvres de Crystal Pite.

MARIE BRASSARD

Marie Brassard est auteure, metteure en scène et actrice. Après des années de collaboration avec le metteur en scène Robert Lepage, avec qui elle a coécrit et interprété plusieurs spectacles de théâtre et films, elle créa en 2001 son premier spectacle solo, Jimmy, créature de rêve. Le succès remporté par l’œuvre l’incite à fonder sa propre compagnie, Infrarouge.

 

Les mêmes yeux que toi est une coproduction de l’Agora de la danse (Montréal), du Centre national des Arts (Ottawa), de Jacob’s Pillow Dance, en collaboration avec le Groupe RUBBERBANDance. Produit avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des Arts du Canada.


Communiqué-LMYQTUNE  ARTISTE SUR SCÈNE

Création : Anne Plamondon et Marie Brassard / Chorégraphie, mise en scène et interprétation : Anne Plamondon / Dramaturgie et mise en scène : Marie Brassard / Éclairage et direction technique : Yan Lee Chan / Musique : Njo Kong Kie, Garth Stevenson /  Costumes : Julie Charland, Yso / Consultation en scénographie: Anick La Bissonnière / Direction de production : Julie Brosseau Doré / Photos : Michael Slobodian

Durée : 50 minutes

Version pdf du communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communiqué-LMYQT-bas

Communiqué – La Rotonde – Me So You So Me

Communiqué-MSYSM-haut

ME SO YOU SO ME
 OUT INNERSPACE DANCE THEATRE
DAVID RAYMOND ET TIFFANY TREGARTHEN / VANCOUVER
23.24.25 JANVIER, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

Nourrie à même la culture populaire et l’histoire japonaise, une mise à nu des projections de nous-mêmes dans le regard de l’autre…

Culture populaire et histoire japonaises , rythmes classiques de la tabla indienne et dessins animés sont au cœur de ME SO YOU SO ME. À travers la figure de la relation de couple, des personnages prennent vie, puis se métamorphosent en des créatures énigmatiques qui s’amusent à révéler comment on se projette dans le regard de l’autre.

Portée par la musique colorée du percussionniste japonais Asa Chang et par des interprètes qui combinent un travail extrêmement physique à une esthétique inédite, l’œuvre traduit avec humour et tendresse le côté animal qui somnole au fond de chacun de nous, toujours prêt à surgir !

OUT INNERSPACE DANCE THEATRE

Dirigée par David Raymond et Tiffany Tregarthen, Out Innerspace Dance Theatre [OIS] fait partie d’une nouvelle génération de danse contemporaine au Canada.

Depuis leur rencontre, en 2004, les  directeurs ont poursuivi en Europe recherche, création,  et production pour développer leurs perspectives et leurs méthodes distinctes. Suite à  une résidence de deux ans à Anvers, en Belgique, ils reviennent à Vancouver pour former OIS .

OIS se consacre à la création de la danse contemporaine et de la danse à l’écran avec intégrité et talent artistique . Déterminé à être novateurs et accessibles, les artistes poussent l’esthétique et les formes traditionnelles avec une ingéniosité sans réserve.

Reconnu pour le mouvement imprévu hybride et une performance conceptuellement riche , OIS est conscient de l’importance de remettre en question nos idées préconçues de ce que l’on peut attendre de la danse contemporaine.

Parallèlement à leurs créations, David et Tiffany dirigent un projet d’éducation en danse contemporaine destiné aux jeunes professionnels émergents de Vancouver.

Intitulé Modus Operandi, le programme met en relation divers danseurs passionnés et passionnants au sein de la communauté de la danse professionnelle de Vancouver.

ME SO YOU SO ME a été soutenue par des résidences à The Dance Centre (Vancouver) et ArtSpring (Île Saltspring) et grâce au soutien de la Ville de Vancouver, le Conseil de la Colombie-Britannique et le Conseil des Arts du Canada.


Communiqué-MSYSMDEUX  ARTISTES SUR SCÈNE

Chorégraphie et interprétation : David Raymond, Tiffany Tregarthen/ Lumières : James Proudfoot / Musique : Asa Chang / Projections  video et scénographie : Craig Alfredson, David Raymond / Costumes : Nancy Bryant, Kate Burrows / Création soutenue par : The Dance Centre Residency Program, ArtSpring /Photos : Wendy D. Photography

Durée : 60 minutes

Version pdf du communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communiqué-MSYSM-bas

Communiqué – La Rotonde – Bach : Le mal nécessaire

Communique¦ü-Bach-haut

BACH : LE MAL NÉCESSAIRE

 MARIO VEILLETTE / QUÉBEC

28.29.30 NOVEMBRE, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

Bach est la seule chose qui vous donne l’impression que l’univers n’est pas raté. Tout y est profond, réel, sans théâtre… – Cioran

La création de Bach : Le mal nécessaire vient d’une exploitation nouvelle des musiques de Bach et d’un travail de recherche / création effectué avec des jeunes danseurs professionnels de la relève issus de L’École de danse de Québec.  Ancré dans la contemporanéité, le spectacle veut rejoindre autant le public néophyte que celui qui se montre connaisseur et initié à la puissante musique de Bach.

Les créations chorégraphiques, surprenantes et parfois dérangeantes, sont donc nées des explorations gestuelles faites à partir des musiques de Bach.

Suite à la création d’une série de courtes chorégraphies («miniatures»), le processus de création s’est enrichi en intégrant les compositions du musicien-compositeur de Québec Érick D’Orion, qui a composé des musiques originales inspirées des danses, les ciselant, les maniant et les triturant.

Le musicien, notamment, joue avec les rythmes, les ralentit au point d’obtenir une lecture totalement autre des sons produits. En faisant intervenir plusieurs bandes sonores en même temps, il organise canons et superpositions, créant parfois des ambiances qui ne laissent que « flotter » des bribes de musique encore reconnaissables.

La musique a pu faire naître et évoluer la danse; réciproquement, la danse a pu faire évoluer les compositions musicales.

Enseignant, chorégraphe et danseur, Mario Veillette présente ses pièces depuis plus de 25 ans. Son approche particulière se situe parfois en marge, tout en se rattachant  à des courants qui s’infiltrent solidement dans l’univers contemporain de la danse .

Il pratique et enseigne  aussi le butô depuis nombre d’années.

Le mal nécessaire, c’est la course effrénée du XXIè siècle.
C’est aussi …
La vie :
avec ses guerres de territoires et ses batailles, que l’on perd ou que l’on gagne…
avec ses moments tendres, loufoques ou ridicules…
avec ses connivences et regroupements… […]
avec ses moments de beauté et d’harmonie,
de beauté tragique,
de folie furieuse
[…]
La planète, le système solaire, l’univers
seraient si bien et si tranquilles sans nous
Mais nous sommes là .
Mario Veilette


Communique¦ü-BachSEPT ARTISTES SUR SCÈNE

Chorégraphie : Mario Veillette, en collaboration avec les interprètes / Interprétation : Josiane Bernier, Maryse Damecour, Ariane Dubé-Lavigne, Amélie Gagnon, Annie Gagnon, Isabelle Gagnon, Fabien Piché / Musique : Jean-Sébastien Bach, Érick D’Orion / Costumes : Julie Pichette / Lumières : Luc Vallée / Aide à la dramaturgie : Laurence Brunelle-Côté / Création soutenue par : Première Ovation – Danse – Fonds bons d’emploi / Photos : Martin Morency-Bélanger, Lucie Betz

Durée : 64 minutes

Version pdf du communiqué

 


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

Communique¦ü-Bach-bas

Communiqué – La Rotonde – Foutrement de Virginie Brunelle

Communiqué-Foutrement-haut

 FOUTREMENT

COMPAGNIE VIRGINIE BRUNELLE — VIRGINIE BRUNELLE / MONTRÉAL

7.8.9 NOVEMBRE, 20 H
MÉDUSE – SALLE MULTI
591, RUE DE SAINT-VALLIER EST

Foutrement, le poids des désillusions amoureuses…

(…) Foutrement  … une énième histoire de l’amour. Celle-ci est touchante, rafraîchissante – elle bouleverse. (…)

Félix Dyotte, NOMAG

 À travers six tableaux ponctués d’ambiances lumineuses et musicales changeantes, trois danseurs déploient une gestuelle athlétique aux influences classique et contemporaine, très physique. En résulte une œuvre émouvante qui conjugue danse et théâtralité.

Après avoir conquis le public de Québec avec Complexe des genres, Virginie Brunelle présente Foutrement. Créée en 2010, l’œuvre raconte l’infidélité à travers un énergique triangle amoureux. Un homme et deux femmes s’entredéchirent, soumis à la tentation et à leurs pulsions, mais cherchant inlassablement l’amour.

Virginie Brunelle

(…) LA nouvelle figure la plus intéressante en danse à Montréal (…)

Lili Marin, radio-canada.ca

Virginie Brunelle cherche à comprendre et démystifier l’humain dans ses relations au moyen du medium de la danse. Elle recherche aussi l’authenticité dans l’interprétation afin de communiquer de véritables émotions. Même si la technique des danseurs tient une place primordiale dans l’exécution des mouvements, c’est l’humain qui demeure au cœur de sa démarche.

En quatre ans, Virginie Brunelle a su se démarquer dans le milieu de la danse. Sa première pièce Les cuisses à l’écart du cœur a été présentée à maintes reprises à Montréal ainsi qu’à Bologne, Venise et Macerata en Italie, et a reçu plusieurs prix.

Sa deuxième œuvre, Foutrement, a d’abord représenté le Canada à Beyrouth au Liban dans le cadre des Jeux de la Francophonie 2009, a été tournée dans le cadre des Bancs d’Essais Internationaux 2010 (Italie, Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas); Foutrement a aussi été présentée à guichet fermé en coproduction avec le Théâtre La Chapelle à Montréal, puis, au Festival International des Brigittines à Bruxelles et au prestigieux Festival JULIDANS à Amsterdam.

Ensuite, Complexe des genres ouvre la programmation 2011 du Théâtre La Chapelle pour 10 présentations.
Après un riche parcours dans plusieurs lieux de diffusion, Complexe des genres a été choisi en sélection nationale à la Bourse RIDEAU 2012 ainsi qu’à CINARS 2012.


Communiqué-FoutrementTROIS ARTISTES SUR SCÈNE

Chorégraphie : Virginie Brunelle / Interprétation : Isabelle Arcand, Claudine Hébert, Simon-Xavier Lefebvre / Lumières : Alexandre Pilon-Guay /

Répétition : Anne Le Beau / Coproduction : Compagnie Virginie Brunelle (Montréal), Théâtre La Chapelle (Montréal) / Photos : Tobie Marier-Robitaille, Nicholas Minns, Marc Simard, Virginie Brunelle

Musiques : Mozart, Schubert, Chopin, Beethoven, Max Richter, Phillip Glass, Menomena

Durée : 60 minutes

Version pdf du communiqué


-30-

Source : Claire Crevier, La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec
Relations avec les médias : Marie-Hélène Julien
[email protected] / 418 649.5013, poste 228

 Communiqué-Foutrement-bas

Évènement Québec Danse – Mandoline Hybride au complexe Le Cercle

Dans le cadre de l’Événement Québec Danse 2013, Mandoline Hybride prend d’assaut le complexe Le Cercle de Québec pour une journée complète d’interventions artistiques.

Sous l’initiative d’Ariane Voineau, interprète en danse de Québec, avec le soutien de Première Ovation – Danse et de La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec, Mandoline Hybride est heureuse d’être invitée dans la Capitale pour une semaine de résidence du 23 au 29 avril. Ariane Voineau se fait l’instigatrice d’un projet qui consiste à remonter Les Installations mouvantes avec deux danseuses de Québec et deux danseuses de Montréal, pour offrir des performances lors de la Journée internationale de la danse du 29 avril.

Mandoline Hybride profite de cette escapade pour fortifier son partenariat avec le complexe Le Cercle et présenter de nouvelles facettes de son travail qui combine danse et technologie, à travers les rencontres et l’expérience humaine.

29 AVRIL, PERFORMANCES DE JOUR

Complexe Le Cercle
228 St-Joseph, Québec
Entrée libre

De l’ouverture du restaurant jusqu’à 17 h, de courtes performances impromptues viendront ponctuer la journée et bonifier l’expérience des clients. Intitulées Les Installations mouvantes, ces infiltrations dansées sont de véritables fresques en mouvement, intrusions au cœur de la vie quotidienne. Assises tranquillement à une table, les quatre interprètes puisent à même les comportements, les ambiances, les objets et les architectures qui les entourent. D’un état physique anodin, les artistes se transportent par la suite dans un état dansé exalté entre imaginaire et poésie. La pièce est une fissure dans le carcan du quotidien, une fenêtre sur ce qui anime nos cœurs et nos têtes. À travers une trame chorégraphique en écho au lieu visité, Les Installations mouvantes épousent les espaces, le contexte et les convives présents.

29 AVRIL, SOIRÉE DE CLÔTURE DE L’ÉVÉNEMENT QUÉBEC DANSE

Sélection Regards hybrides, vidéodanse québécoise
De 17 h à 18 h 30, en première partie de la soirée de clôture de l’Événement Québec Danse, Mandoline Hybride vous propose la toute nouvelle sélection de vidéodanse québécoise de Regards Hybrides (une excroissance de la compagnie). Concoctée avec minutie par Claudia Hébert et Priscilla Guy, co-fondatrices de ce projet dédié à l’articulation, au développement et au rayonnement de la vidéodanse, la sélection ratisse large: de Carbone 14 à Rubberbandance Group, en passant par Françoise Sullivan et Mario Côté, la sélection fait aussi place à la relève en vidéodanse.

Découvrez la liste des oeuvres sélectionnées ici.

Les Installations mouvantes, performance complète
À la suite d’un interlude de partage et de danse orchestré par les organisateurs de la soirée de clôture, Mandoline Hybride revient à la charge à 19 h 30 pour clore l’événement avec la version intégrale de ses Installations mouvantes, une pièce in situ d’une durée de 30 minutes. Dans cette version inédite de l’oeuvre, Harmonie Fortin-Léveillé et Priscilla Guy relèvent le défi de remonter la proposition avec les interprètes Ariane Voineau et Josiane Bernier de Québec. Pour l’occasion, une tapisserie-vidéo accompagnera également l’oeuvre, sur les écrans géants du Cercle. Un moment de performance unique à ne pas manquer!