La Rotonde
Critique de Noire par Robert Boisclair – Les Enfants du Paradis

Critique de Noire par Robert Boisclair – Les Enfants du Paradis

NOIRE-deux-photo-david-cannon-6-light

C’est toujours un plaisir d’accueillir Robert Boisclair dans nos salles de spectacle. Retrouvez sa magnifique critique de Noire, publiée sur le blogue Les Enfants du Paradis.

La Rotonde offre aux amateurs de danse de Québec le très beau spectacle Noire, une production enveloppée de douceurs et de lumière.

Le spectacle débute tout en douceur avec un violoncelliste installé parmi les spectateurs. Une musique qui se donne des airs de chaos. Chaos qui a inspiré la chorégraphie osée d’Annie Gagnon. Il quitte doucement pour laisser le spectateur s’imprégner de celle salle en sombre obscur où trône une scénographie simple mais efficace: un vieux divan tiré d’un sous-sol désaffecté, un bureau d’écolier, une rampe et une estrade. Puis les danseuses apparaissent.Deux personnages qui se relancent et se complètent.  Un premier personnage danseur, interprété par Mélanie Therrien, pris dans une sorte de chaos duquel il est difficile de se sortir. Le spectacle étant baigné de lumière, elle y arrivera. L’autre personnage danseur, interprété par Isabelle Gagnon, est une sorte de reflet, de mémoire du premier. Un duo, pardon un trio puisque le musicien fait partie intégrante du spectacle, qui se complète à merveille.Deux danseuses magnifiques et agiles qui utilisent les objets de toutes les façons possibles. Mélanie Therrien, véritable contorsionniste danseuse, se faufile de toutes les manières possibles autour de ce divan sauvé d’un sous-sol où il était tombé dans l’oubli. Isabelle Gagnon danse et utilise le bureau d’écolier comme s’il s’agissait d’un partenaire.  Elle l’ouvre, le contourne, s’y couche. La danseuse et l’objet ne font qu’un.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici!

Source: Les Enfants du Paradis, Robert Boisclair.