La Rotonde
Critique de The Tempest Replica par Robert Boisclair – Les Enfants du Paradis

Critique de The Tempest Replica par Robert Boisclair – Les Enfants du Paradis

30 mai 2014

Article de Robert Boisclair, paru le 30 mai 2014.

bloguelesenfantsduparadis

Alors que le spectateur entre dans la salle, Prospero, interprété par Éric Beauchesne, construit une flottille de navires en papier. Dès que le spectacle débute, Prospero offre à Ariel un navire de la flottille, qu’elle avale goulument déchaînant les éléments d’une féroce tempête. La chorégraphe Crystal Pite réussit magnifiquement à créer une véritable tempête sur scène. Éclairages violents, corps enrubannés de blanc qui déferlent d’un bout à l’autre de la scène et environnement sonore créent, derrière un rideau diaphane, l’impression qu’une véritable tempête secoue la salle du Grand Théâtre de Québec.

Les danseurs enrubannés de blanc sont, en quelque sorte, des pantins dans les mains de Prospero qui les manipulent pour nous offrir une première version, ou réplique, de La Tempête de Shakespeare quelque peu didactique. Le jeu de manipulations de Prospero est complété par des jeux d’ombres, des projections et des surtitres qui situent le spectateur dans l’action. Si l’effet est magnifique et offre de beaux moments, dont la courte scène où Miranda, la fille de Prospero, découvre les raisons de leur exil sur une île, le tout s’étire quelque peu.

Dans la deuxième version, Prospero semble perde le contrôle sur les autres danseurs qui sont maintenant en habits de ville. C’est ici que la danse s’anime et prend tout son sens.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici!

Source: Les Enfants du Paradis, Robert Boisclair.