La Rotonde
Je suis un autre. Derrière les apparences.

Je suis un autre. Derrière les apparences.

11 avril 2014

Photo Ianis Delpla Je suis un autre,1

Article de Ianis Delpla, publié sur le site info-culture.biz, le vendredi 11 avril 2014

La lumière s’allume sur deux danseurs, un homme et une femme, torses nus et côte à côte. Ils sont allongés, c’est la naissance de deux êtres, premiers râles et premiers cris, ils passent de l’ombre à la lumière, dans la douleur de l’enfantement. Ils sont humains mais encore animaux, leurs corps sont parcourus de soubresauts, ils effectuent des gestes erratiques et approximatifs, pleurent quand ils ne sont plus en contact l’un avec l’autre, se rassurent quand ils se prennent la main.

Puis, c’est le passage à l’âge adulte. On se donne une contenance, on s’invente un personnage, une carapace dans ses relations sociales. Mais au fond la même animalité est présente et se révèle, parfois violemment. Les danseurs se rencontrent, s’aiment, et finalement se déchirent, s’humilient, dominés à nouveau par cet autre qu’ils s’efforçaient de cacher. Loin des codes et des apparences qu’on se donne en société, la nature humaine, cet « autre » finit toujours par transparaitre et refaire surface, comme dans cette scène finale, pied de nez au conformisme social des soirées mondaines. Les deux danseurs, en robe et en costume, et après avoir échangé les politesses habituelles et commencé une valse, se mettent à jurer et à crier, se bousculent, se caressent et se déshabillent et finalement quittent la scène en reprenant leur aplomb sur cette phrase surréaliste : « Bien, c’était une belle soirée ! ».

Photo Ianis Delpla Je suis un autre, 2
Dans ce spectacle, la mise en scène oscille entre contrôle de soi et retour à l’état bestial. Les danseurs sont pris entre une tension extrême et un relâchement soudain, et semblent ne pas avoir le contrôle d’eux-mêmes ou comme dit la chorégraphe Catherine Gaudet, donnent « l’impression que les gestes contrôlent les danseurs et non l’inverse ». Ce spectacle de danse atypique révèle habilement les contradictions humaines, l’ambigüité entre l’être et le paraître, ce qui se cache bien souvent sous le vernis social.

Je suis un autre est un spectacle de danse contemporaine de la chorégraphe montréalaise Catherine Gaudet, et est interprété par Caroline Gravel et Dany Desjardins. Le spectacle est d’une durée de 65 minutes et est présenté à la salle Multi de Méduse, 591, rue De Saint-Vallier Est, tous les soirs à 20 h jusqu’au 12 avril.

La fin de la saison de danse de La Rotonde approche, la salle Multi accueillera son dernier spectacle, Noire, d’Annie Gagnon, les 1er, 2 et 3 mai.

Pour plus de photos : https://www.flickr.com/photos/infoculturephotos/sets/72157643779690633/

Source: info-culture.biz, Ianis Delpla