La Rotonde
Karine Ledoyen : vent de liberté

Karine Ledoyen : vent de liberté

08 avril 2013

Article de Josianne Desloges, paru dans Le Soleil, le samedi 6 avril 2013

«(Québec) Pendant que Karine Ledoyen créait son spectacle Air, le concepteur sonore Patrick Saint-Denis élaborait les plans d’un mur composé de 192 feuilles de papier animées par des microventilateurs. «Quand j’ai vu qu’on s’était ratés, j’ai tout de suite eu envie de retravailler la thématique, mais avec son installation comme élément central», raconte la chorégraphe. De cette rencontre entre scénographie et chorégraphie allait naître Trois paysages.

La machine à vent faite de trois panneaux sur roulettes est munie d’une caméra Kinect qui se déclenche en fonction des mouvements des danseurs, créant une poésie sensible permettant de voir, de toucher et d’entendre l’air. «L’accumulation de mouvements, leur hauteur, leur vitesse, déclenchent ce que j’appelle des tapisseries dans le mur. Les danseurs sont même responsables de certains éclairages, et parfois de la gradation de la musique», explique Ledoyen.

En voyant le spectacle de théâtre Changing Room (de retour au Périscope la semaine prochaine), la chorégraphe a une nouvelle illumination. Elle demande même au metteur en scène Alexandre Fecteau de cosigner la mise en scène de Trois paysages.

Comment inclure un spectateur en douceur dans un spectacle de danse? Alors que Fecteau transforme un membre du public sur scène dans son spectacle qui montre la face cachée de l’univers des personnificateurs féminins, Ledoyen décide de choisir un spectateur chaque soir pour lui faire incarner une idée et de lui demander un sacrifice pour le bien commun. Il faudra aller voir le spectacle pour connaître les détails de l’expérience.

En trois temps

Le périple aérien sera en trois temps, comme son nom l’indique. «Pour le premier tableau, j’ai simplement demandé aux danseurs de faire voler Sarah [Harton]. On verra la légèreté, mais aussi son opposé, la lourdeur, le mouvement très ancré au sol», décrit Ledoyen, qui appelle le second tableau American Beauty, en hommage à la fameuse scène du sac de plastique du film de Sam Mendes. Un moment qui l’a fait pleurer pour sa beauté et sa simplicité. «L’observation de petits trucs du quotidien peut vraiment se ramifier à des choses beaucoup plus grandes que soi», commente-t-elle pour illustrer l’émotion qu’elle cherche à susciter.

Pour le troisième tableau, un duo de chutes, pour lequel elle s’est inspirée des éboulements, d’une montagne qui s’effrite. «On entre davantage dans l’humain, je dirais. Pour moi, c’est une danse éternelle qui a toujours existé.» Et on reverra ses bonshommes à têtes de ballon de Air, incontrôlables et libres.

Un baume

«C’est un show vraiment planant, une succession d’atmosphères et de mouvements, comme le vent. Personnellement, j’avais vraiment besoin d’un show qui fait du bien, d’un baume. Peut-être que je suis fatiguée», confie la nouvelle maman. «Avec Air, je travaillais sur un élément presque intangible, mais j’essayais de contrôler des choses qui ne peuvent pas être contrôlées. Lors de la création [de Trois paysages], j’étais enceinte ou je venais d’accoucher, alors je ne pouvais pas bouger beaucoup. J’ai dû lâcher prise, laisser aller, et ça m’a donné une grande liberté.»

Les danseurs Sara Harton, Eve Rousseau-Cyr, Fabien Piché et Ariane Voineau ont accepté d’entrer dans le jeu, de mettre de la matière dansée sur ses idées. «Ça fait une gestuelle qui n’est pas plaquée, qui leur appartient, constate-t-elle. J’ai tellement aimé ce processus-là que je crois que ça va rester pour la suite de mon travail.»

Karine Ledoyen signe la chorégraphie en collaboration avec les danseurs. Musique de Patrick Saint-Denis, animations de Jocelyn Paré, lumières de Louis-Xavier Gagnon Lebrun et costumes de Virginie Leclerc.

Vous voulez y aller?

Qui: Danse K par K

Quoi: Trois paysages

Quand: mercredi, jeudi et vendredi à 20h

Où: à la salle Multi de Méduse

Billet: 18,50 $ à 32,50 $

Téléphone: 418 643-8131

K par K au Musée

Karine Ledoyen souhaite poursuivre sa démarche de création festive dans des lieux publics amorcée avec Osez! (où danseurs, chorégraphes et musiciens créaient sur les quais du Québec et d’Europe de 2002 à 2010) dans de nouveaux contextes. Inventer un parcours dansé dans le nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec la fait rêver… En attendant, elle s’installe au Musée à l’occasion de l’événement Québec danse pour proposer des extraits du spectacle Trois paysages, des discussions, ainsi que des jeux et des ateliers de fabrication d’objets. Ceux qui auraient envie de voir de plus près et d’interagir avec l’installation de Patrick Saint-Denis en auront aussi l’occasion. Les 27 et 28 avril de 13h à 17h, avec des présentations toutes les 40 minutes. Contribution volontaire. Info : 418 643-2150, 1 866 220-2150 ou www.dansekpark.com

Au Carrefour de théâtre

La chorégraphe est également un des quatre créateurs de Québec à avoir obtenu carte blanche pour présenter une création au Carrefour international de théâtre de Québec, qui commencera à la fin mai. Elle prépare le spectacle Danse de garçons, en collaboration avec Daniel Danis, arts/sciences et le collectif du Temps qui s’arrête. Sept acteurs, Charles-Étienne Beaulne, Gabriel Fournier, Jean-Michel Girouard, Éliot Laprise, Jocelyn Pelletier, Fabien Piché et Lucien Ratio, se prêteront à l’expérience. Billetech nous apprend que le spectacle aura lieu le 1er juin à 21h à la salle Multi.

Choeur de coeurs

Pour 2014-2015, Danse K par K planche sur une nouvelle création qui s’appellera Choeur. «Tout au long de ma grossesse, j’ai enregistré les battements de coeur de mon foetus, qui sont très, très rapides au début, puis deviennent tranquillement plus lents au fil des mois», indique Karine Ledoyen, qui voudrait utiliser ces sons dans une bande sonore. «J’aimerais organiser un choeur de coeurs autour d’un duo très intime, très fusionnel.»»

Source: Le Soleil, Josianne Desloges

Voir la page du spectacle