La Rotonde
Le «Bagne» en automne, par Odile Tremblay, Le Devoir

Le «Bagne» en automne, par Odile Tremblay, Le Devoir

Article d’Odile Tremblay à propos de Bagne Recréation que La Rotonde et le Grand Théâtre de Québec coprésenteront en décembre prochain.

Bagne Recréation par Rolline Laporte

Bagne Recréation, photo par Rolline Laporte

Mercredi soir, je suis allée voir Bagne, le spectacle chorégraphique de Jeff Hall et Pierre-Paul Savoie, coproduit avec Danse Danse, en l’honneur du demi-siècle de la compagnie PPS. À la Cinquième Salle de la Place des Arts, on assistait à une recréation de cette oeuvre phare lancée il y a 22 ans, avec variantes, car tout change vite et les corps d’une nouvelle génération d’interprètes habitent autrement un thème qu’hier. Ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même, ce Bagne-là, flanqué d’un beau rideau de plaques métalliques en arrière-plan.

Toujours troublante, la vue d’une prison au coeur d’un espace de liberté comme la danse. On voit surgir en nous des images d’oiseaux rêvant au ciel dans leurs cages et des malheureux primates au zoo. Les danseurs acrobates Lael Stellick et Milan Panet-Gigon se cognent aux grillages, s’y accrochent, les gravissent, tombent, remontent, se recroquevillent dans leurs cellules, se surveillent, s’étreignent, se portent, se perdent.

La musique est une pulsation, l’éclairage, un jeu menaçant de clairs-obscurs, la cage, conçue par Bernard Lagacé, une grosse structure surplombée d’un pont suspendu reliant deux cellules où des lits basculent. La silhouette apparue d’un troisième larron sous cagoule de torture ajoute au climat d’angoisse. Leurs barreaux sont aussi les nôtres.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: Le DevoirOdile Tremblay