La Rotonde
Le rêve du fils d’Adrien

Le rêve du fils d’Adrien

Article de Catherine Genest, paru dans Voir Québec, le 29 novembre 2012

« Consécration pour Harold Rhéaume. L’homme de danse passe de la rue à la scène et présente sa plus récente création intérieure au Grand Théâtre de Québec. Une première pour un chorégraphe de Québec en près de deux décennies.

Coproduit par La Rotonde, le Grand Théâtre de Québec, l’Agora de la danse et le Festival Danse Canada, Fluide est le résultat de planètes qui s’alignent. Une collaboration sans précédent qui donne un élan nouveau et inespéré à Harold Rhéaume, figure déjà marquante de la danse au Québec. L’enfant prodige, pour reprendre le surnom affectueux que la presse lui a donné. «J’en ai rêvé toute ma vie, et là j’y suis. Quand je suis revenu à Québec en 2000, j’ai vu que les spectacles présentés au Grand Théâtre étaient ceux de grands plateaux, les productions internationales. Mon Dieu, je n’y pensais même plus. Pour moi, j’allais être à la Salle Multi toute ma vie.»

Diplômé de L’École de danse de Québec en 1989, Rhéaume commence sa carrière comme apprenti à Danse Partout, défunte compagnie de Québec qui, curieusement, a été la toute dernière à présenter une pièce au Grand Théâtre, en 1994. L’artiste déménagera ensuite à Montréal et montera les marches une à une, escalier qui le mènera vers la notoriété publique et la reconnaissance des pairs. À grands coups d’interprétations renversantes, de chorégraphies porteuses de sens. En 1999, il fonde sa compagnie Le Fils d’Adrien danse et, un an plus tard, il retourne vivre chez lui, à Québec. Un choix qu’il ne regrettera jamais.

Sensible jusqu’au bout des ongles, Rhéaume est de ces rares chorégraphes qui savent mettre en mouvements la douceur et l’espoir. «La violence, je n’ai rien à dire avec ça. La danse, c’est mon moyen d’expression et je ne dépeins pas une réalité trash ou la déshumanisation.» Et c’est précisément ce qu’il fait avec Fluide. «Les danseurs bougent dans un chaos organisé. Il y a des tiraillements, oui. Mais ils sont toujours en harmonie. Ça demande une écoute de tous les instants parce que chacun dépend de l’autre pour créer un mouvement constant, une fluidité.» Un défi de taille pour les danseurs, aidés du directeur des répétitions Jean-François Légaré, qui a joué un rôle-clé dans la symbiose entre les sept interprètes. «Cette gang-là s’est donnée à fond. De corps, coeur et âme. Tous ont contribué à leur façon à la création de Fluide.» Danseurs qui (pour plusieurs) ont déjà revêtu les costumes signés Philippe Dubuc spécialement dessinés pour Je me souviens, grand spectacle déambulatoire présenté au cours des deux derniers étés à Québec.

«Quand j’ai proposé à Philippe de retravailler avec nous, sa réponse a été spontanée et il a dit oui tout de suite. Et cette fois, tous les interprètes auront leurs propres costumes», explique Harold Rhéaume en tenant à ajouter que Jean-Daniel Lapierre, propriétaire de la boutique Dubuc à Québec, est un collaborateur important de la compagnie depuis Je me souviens. «L’esthétique de Philippe me ressemble beaucoup.» Une autre preuve que le chorégraphe sait s’entourer de créateurs qui comprennent sa vision, qui vont dans la même direction que lui? C’est Bernard White qui signe décors et éclairages pour Fluide. «Le décor aura un côté très architectural, très design. Ça représente une autre facette de mes intérêts. Pour les éclairages, j’ai demandé à Bernard de s’inspirer du peintre Rothko

Entouré d’artistes de talent, de sa dream team pour reprendre ses mots, Harold Rhéaume estime avoir une proposition à la hauteur de ce que le lieu représente pour lui. Un projet avec l’ampleur et le panache qu’il faut pour marquer l’histoire de la danse à Québec. »

 
Source: Voir Québec, Catherine Genest

 

Le Grand Théâtre de Québec et La Rotonde présenteront Fluide les 11-12-13 novembre prochain dans la salle Octave-Crémazie.

 
 

Voir la page du spectacle