La Rotonde
L’Éveil: une pulsion de liberté par Mickaël Bergeron

L’Éveil: une pulsion de liberté par Mickaël Bergeron

02 octobre 2015

L’Éveil est une codiffusion de La Rotonde et du Périscope, à voir jusqu’au 10 octobre.

Leveil-02-Claudiane Ruelland-Ariane Voineau-Andre Robillard-credit Daniel Richard

Depuis mardi, le Théâtre Périscope présente L’Éveil, un spectacle qui aurait pu se nommer L’élan, Le saut, Le désir ou Être.

Mélangeant la danse, le théâtre et la projection, L’Éveil nous présente des clins d’oeil et des petits bouts de différentes vies. Un groupe d’amis et d’amies. La fin de l’adolescence. Les premiers amours. Les envies physiques. Un désir de conquérir ou de fuir le monde. Les doutes. La soif de liberté.

Les qualités de ce spectacle conçu par Harold Rhéaume et Marie-Josée Bastien, avec la collaboration de Steve Gagnon aux textes, d’Eliot Laprise aux vidéos et de Josué Beaucage à la musique, sont nombreuses.

D’abord, l’interprétation des six comédiens-danseurs – avec une parité homme-femme et comédien-danseur. À certains moments, on pouvait voir qui étaient normalement dans la danse, qui étaient plus dans le jeu, mais en général, tout est présenté avec fluidité, avec naturel, avec un plaisir, surtout. Certes, le sourire et la joie venaient parfois du personnage, mais on sentait qu’ils n’avaient pas à puiser loin pour ça, le plaisir était là pour vrai.

La mise en scène est belle. Une aire gazonnée, un écran, six lampes manipulées par les interprètes. Pas besoin de plus. Tout passe par leurs corps. Les passages de la danse au théâtre aux projections coulent bien et ont un bon rythme.

Il y a quelque chose de grand public dans L’Éveil, et je ne dis pas ça négativement. Les thèmes sont universels. Il y a aussi une forme d’équilibre artistique. Ceux qui ne sont pas initiés à la danse pourront se ressaisir pendant les projections ou le jeu théâtral. C’est même, je trouve, un excellent spectacle pour s’initier à la danse contemporaine.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: Blogue Plan B, voir.caMickaël Bergeron.