La Rotonde
Mille batailles de Fou Glorieux, …renversante et bouleversante!

Mille batailles de Fou Glorieux, …renversante et bouleversante!

Mille batailles de Fou Glorieux, la dernière chorégraphie de Louise Lecavalier présentée au Grand Théâtre, une création toujours aussi renversante et bouleversante!

Librement inspiré de la figure du chevalier inexistant de l’auteur italien Italo Calvino et de son écuyer, Louise Lecavalier et son partenaire vont se livrer seuls ou ensemble à des affrontements, des rencontres, des chimères avec une vélocité d’exécution incroyable. C’est de la danse portée à son paroxysme, dirait-on, faite avec une telle ingéniosité dans la création, dans les mouvements, les déplacements et leurs séquences.

Accompagnant les deux danseurs, le compositeur et guitariste Antoine Berthiaume sur un fond de musique électronique, gratte sa guitare électrique en produisant un climat, une atmosphère lancinante, répétitive, grisante.

 

 

Photo: André Cornellier

Scéniquement, il y a un fond arrière fait d’un assemblage de panneaux de contreplaqué brut, et à l’avant, prend place un espace conçu comme un ring de boxe, délimité par une ligne rouge. Or les éclairages durant ces soixante minutes vont jouer sur le fond de scène et le ring et créer divers espaces ce création.

Sur cette scène, Louise Lecavalier va « faire cavalier » seule au départ et par la suite en compagnie de son compère, le danseur Robert Abudo.

Dans une première partie, dans son costume noir composé d’un gilet avec capuchon et d’un pantalon de latex au bas évasé qu’elle portera tout au long de la prestation, elle va apparaître seule. Dès les premiers instants, on est surpris et fasciné par la gestuelle exprimée, ne serait-ce que par le mouvement de ses mains secouées.

Puis, les bras s’agitent dans une utilisation inhabituelle mais en soi, tellement propre à Louise Lecavalier. Encore qu’à chaque nouvelle création, elle se renouvelle et elle réinvente. Alors, elle se déplace, se transporte vive, rapide, avec des centaines et des centaines de petits pas. On dirait allégoriquement une libellule qui se déplace à la surface d’un plan d’eau.

Mille batailles de Fou Glorieux est à nouveau présenté ce soir, le 13 décembre à 20 h 00 au Grand Théâtre de Québec.

 

 

Lisez l’article de Jacques Leclerc sur Info-culture.biz, 13 décembre 2017, ici.