La Rotonde
Prismes : orgie de couleurs!, par Julie Pelletier, info-culture.biz

Prismes : orgie de couleurs!, par Julie Pelletier, info-culture.biz

Un article de Julie Pelletier à propos de Prismes paru le 23 octobre 2015 sur info-culture.biz

Prismes, courtoisie de Montréal Danse

Photo: Courtoisie de Montréal Danse

Le 22 octobre 2015, les six artistes de Montréal Danse du spectacle Prismes accueillent les gens dans la salle Multi du complexe Méduse de Québec avec des jeux d’illusion d’optique qui apprêtent les spectateurs et les sensibilisent à la chorégraphie que Benoît Lachambre leur a concoctée pendant trois ans. Avec Prismes, ce chorégraphe a remporté le prix du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2014 pour la meilleure œuvre chorégraphique. Dans son désir de conscientiser le public sur le rôle de la perception par opposition à la présentation, Lachambre mise beaucoup sur l’effet prismatique du corps par lequel passe la déformation de la réalité. Que ce soit par la couleur, le bruit ou le geste, tous les moyens sont bons pour nous tromper et pour défier les normes. À noter le solo de l’interprète Rachel Harris, inspiré par la méthode de Feldenkrais, qui propose la souplesse des articulations et la mobilité de la cage thoracique et du bassin. Ce solo percutant repousse les limites du diaphragme et suggère un spasme vivifiant qui rappelle l’orgasme. Cette chorégraphie très anatomique marginalise le mouvement et stigmatise la représentation du corps comme on le connaît. La présence de la nudité dans ce spectacle prend tout son sens et est légitimée par l’apport artistique du physique des interprètes.

Prismes stimule la perception selon une philosophie artistique queer, c’est-à-dire que Lachambre brouille les normes sociales : des hommes drapés de rose pastichent les sculptures de déesses de l’Antiquité, ce qui efface la frontière des genres que la société circonscrit depuis toujours. Le chorégraphe déconstruit et rebâtit littéralement nos repères et prend cette conception du monde au pied de la lettre en coiffant ses artistes d’un casque de construction. Visuellement, Prismes est une toile impressionniste, teintée de 1001 couleurs et aux accents toniques parfois irritants de spontanéité.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: info-culture.bizJulie Pelletier