La Rotonde
Ravages : l’appel de la forêt, par Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Ravages : l’appel de la forêt, par Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Article d’Iris Gagnon-Paradis publié dans La Presse, le 15 avril 2015, suite à la grande première du spectacle Ravages à la Cinquième salle de la Place des Arts, le 14 avril.

Ravages, par Louis-Robert Bouchard

Photo : Louis-Robert Bouchard

 

Danse Danse a donné carte blanche à Alan Lake, créateur de Québec qui s’est fait remarquer par son esthétique mariant film d’art, installation et danse. Le résultat: Ravages, un objet scénique mouvant qui nous happe par son univers onirique sur lequel plane une catastrophe imminente.

C’est sur le plateau de la Cinquième salle de la Place des Arts que Lake a installé ses quartiers en compagnie de quatre interprètes (Dominic Caron, David Rancourt, Esther Rousseau-Morin, Arielle Warnke St-Pierre, tous chargés d’énergie brute). S’y côtoient un plancher-mur sur roulettes, deux larges poutres en bois, ainsi que plusieurs rideaux de tulle qui viennent créer perspective et profondeur tout en servant d’écrans de projection d’un film.

Filmé dans la région de Portneuf l’été dernier, ce film est le point d’ancrage de la création, alors que la nature, généralement belle et paisible, est balayée lors du tournage par une forte tempête. Calme et sérénité des grands espaces y côtoient ainsi ravages et catastrophes naturelles, donnant à Lake un terrain fertile pour sa création.

Dominé par un onirisme vaguement inquiétant, peuplé de créatures aux visages et corps enduits de matière scintillante et de lichen, le film sert de porte d’entrée au monde scénique, se faisant caisse de résonance pour le grondement intérieur des interprètes.

Car Lake a eu la bonne idée de ne pas tenter de reproduire cette nature à la fois magnifique et destructrice sur scène.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Source: La Presse, Iris Gagnon-Paradis.