La Rotonde
Solitudes solo de Daniel Léveillé: le corps sublimé par Daphné Bédard, Le Soleil

Solitudes solo de Daniel Léveillé: le corps sublimé par Daphné Bédard, Le Soleil

Daniel Léveillé a présenté Solitudes solo à Québec hier soir devant une salle comble. Voici la critique de Daphné Bédard parue dans Le Soleil:

Photo: Le Soleil, Erick Labbé Sur la photo: Justin Gionet

Photo: Le Soleil, Erick Labbé
Sur la photo: Justin Gionet

(Québec) CRITIQUE / Chorégraphe bien connu, le Montréalais Daniel Léveillé présentait une oeuvre pour la première fois à Québec mercredi soir, à l’invitation du Centre chorégraphique La Rotonde. Solitudes Solo met en vedette l’outil principal du danseur, le corps, déployé dans toute sa force, sa souplesse et sa beauté.

Pour mettre le corps en lumière, Daniel Léveillé n’a utilisé ni costumes éclatants ni éclairages somptueux, la sobriété et le dépouillement étant plutôt les mots d’ordre de la pièce sur ces deux aspects. Il a simplement proposé huit solos. Des solos intenses, qui exigent concentration, équilibre et contrôle de la part des cinq interprètes.

Léveillé n’a pas ménagé ses danseurs techniquement, leur faisant exécuter doubles tours en l’air, arabesques et grands jetés sans répit. Beaucoup de lignes droites dans les gestes, de variations de positions entre le sol et les airs et quelques mouvements courbes et gracieux – comme les battements des ailes des oiseaux -qui brisaient la monotonie. La répétition de certains enchaînements pouvait toutefois devenir lassante.

Coup de coeur pour Esther Gaudette – seule fille du quintette – à qui Léveillé a demandé les mêmes prouesses athlétiques qu’aux hommes, et même plus.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici.

Source: Le SoleilDaphné Bédard.