La Rotonde
  • Accueil
  • Arrière scène
  • « Tragédie: d’une précision hypnotique et frénétique » – Article paru dans Le Soleil
« Tragédie: d’une précision hypnotique et frénétique » – Article paru dans Le Soleil

« Tragédie: d’une précision hypnotique et frénétique » – Article paru dans Le Soleil

 846622-scene-18-corps-nus-abord

Josianne Desloges nous offre un critique de Tragédie, spectacle choc du français Olivier Dubois. Un spectacle co-présenté par La Rotonde, le Grand Théâtre de Québec et Danse Danse hier soir dimanche 27 avril à Québec.

(Québec) Spectacle exigeant, construit avec une précision hypnotique et frénétique, Tragédied’Olivier Dubois est un de ces objets tour à tour assourdissants et galvanisants qu’on doit retourner encore et encore pour en trouver tous les sens et toutes les implications.

Sur scène, 18 corps nus, d’abord dépersonnalisés, obéissent à une mécanique de déplacements rectilignes qui rappellent le parcours des mannequins sur un catwalk et la parade des soldats. D’inlassables entrées et sorties avec variations de danseurs en genre et en nombre, ponctuées par d’infimes variations (arrêt, ralenti, reculons, raccourcis) qui apparaissent très graduellement, constituent le tiers du spectacle.

Le jeu devient presque cruel, tant pour le spectateur que pour les interprètes surexposés dans leur nudité intégrale, le visage concentré et impassible, leur singularité d’interprète gobée dans ces déplacements répétitifs où ils ne se distinguent plus que par leurs mensurations et leurs caractéristiques corporelles. Dans la salle, les cerveaux s’engourdissent, les yeux dérivent d’un corps à l’autre, les tempes pulsent au rythme régulier de la bande sonore assourdissante.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici!

Source: Le Soleil, Josianne Desloges.