La Rotonde
Usually Beauty Fails: métaphores amoureuses, par Josianne Desloges, Le Soleil

Usually Beauty Fails: métaphores amoureuses, par Josianne Desloges, Le Soleil

10 décembre 2014

(Québec) Parfois on rencontre quelqu’un et il y a une partie en nous-mêmes qui, très perceptiblement, se déplace. Comme un pincement, un déséquilibre, une envie de tout foutre en l’air. Devant la première pièce de Frédérick Gravel présentée à Québec, mardi, on se sentait un peu comme ça.

Usually Beauty Fails, Érick Labbé, Le Soleil

La fusion des genres se fait en toute subtilité, au service de chaque idée, belle et complexe ou simple et joyeuse, qui surgit.

Troublé, touché, avalé, sur ses gardes aussi. Hypnotisé par cette musique de Stéphane Boucher et Philippe Brault, qui monte lentement comme un grondement, prend quelques minutes à se déployer en mélodies intelligibles, puis nous happe complètement. Ils sont trois, dont Gravel, à s’activer à l’arrière-plan avec leurs synthétiseurs, guitares, harmonica, trompette et micros. Vivement une bande sonore. Ils le font au cinéma, alors pourquoi pas?

Ce «pourquoi pas?» est d’ailleurs l’un des intérêts de la démarche singulière de Gravel, qui se joue des codes de la danse contemporaine pour emprunter ce qui lui plaît au show rock, à la performance et à la danse-théâtre. Nous sommes toutefois loin du pastiche. La fusion des genres se fait en toute subtilité, au service de chaque idée, belle et complexe ou simple et joyeuse, qui surgit.

Pour la suite de l’article, cliquez ici.

Source: Le Soleil, Josianne Desloges.