La Rotonde
Variations S : Spectacle étonnant

Variations S : Spectacle étonnant

14 mai 2012

Article de Sophie Turbide paru dans Le Quotidien, le 20 avril 2012

 
(ALMA) La troupe de danse Cas Public est de retour dans la région pour présenter son nouveau spectacle intitulé Variations S, une version contemporaine du ballet russe le Sacre du printemps d’Igor Stravinski.
 
La directrice artistique et chorégraphe de Cas Public, Hélène Blackburn, avoue qu’elle ne s’est pas beaucoup inspirée de la pièce originale, qui célébrera ses 100 ans en mai 2013. « Stravinski serait assez surpris de voir ce qu’on a fait avec sa composition.
 
À son époque, il voulait être radical, amener du changement, notamment en enlevant les pointes de son spectacle «, a expliqué Mme Blackburn, après la représentation de mercredi dernier à la Salle Michel-Côté à Alma. La chorégraphe, qui a ramené les pointes dans Variations S, ajoute que les utiliser dans un spectacle contemporain peut être considéré comme radical. Elle a donc procédé comme le compositeur, mais en adaptant le spectacle à son époque.

Après la prestation, les spectateurs ont manifesté leur étonnement d’avoir entendu les encouragements et les décomptes des huit danseurs tout au long de la représentation. « Je souhaite qu’ils puissent s’encourager pour se donner de l’énergie. J’ai l’impression que plus ils peuvent se dire des choses, plus ça donne de la cohésion dans leurs mouvements «, explique Hélène Blackburn.

Même si elle est la principale chorégraphe du spectacle, Mme Blackburn demeure très modeste et tient à mentionner la précieuse collaboration des danseurs. « C’est un dialogue, une écriture à mains croisées. On écoute et on utilise les idées de tout le monde «, indique-t-elle. D’ailleurs, les danseurs démontrent leur forme physique exceptionnelle tout au long du spectacle, dans des chorégraphies assez complexes. « Danser demande un bon cardio et beaucoup de force, autant chez les garçons que chez les filles «, soutient la fondatrice de Cas Public.

Pour ce qui est de la bande sonore, celle-ci est constituée d’extraits d’une dizaine de versions du Sacre du Printemps, de musique « techno «, de percussions et de « Negro spiritual «, une musique vocale à l’origine du mouvement gospel. « La musique n’est pas facile, mais elle est magnifique. Quand il y a de la danse sur cette composition, on dirait qu’elle s’éclaire «, mentionne la chorégraphe.

Originaire de la région, Hélène Blackburn a tenu à préciser l’importance de la danse au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ici, il y a plusieurs des meilleures écoles de danse de la province. Beaucoup d’artistes que je rencontre à Montréal ont été formés dans la région «, soutient Mme Blackburn.

La troupe est actuellement en tournée au Québec après un passage en Europe au mois de mars. Ce soir, Variations S s’amène à la Salle Pierrette-Gaudreault à Jonquière, pour ensuite faire un saut à la Salle Desjardins Maria-Chapdelaine à Dolbeau dès demain.

Des jeunes en première partie

Des élèves provenant de quatre écoles de la région présentent la chorégraphie Quand notre rythme devient parole en première partie de Variations S. Depuis dix semaines, les jeunes chaussent leurs bottes afin d’apprendre la danse créée par Racines Gumboot. Les chorégraphes se sont inspirés du spectacle et « le tout s’enchaîne à merveille «, selon Mme Blackburn.

Source : La Quotidien, Sophie Turbide