La Rotonde
Fr
Fr
Complexe des genres
Complexe des genres
Complexe des genres

Complexe des genres

Saison 2012-2013
18, 19, 20 octobre 2012, 20h
65 minutes
Tarif général : $ 32.5 Jeune adulte/Aîné/Artisan : $ 25.5 Enfant : $ 18.5
6 artistes sur scène Discussion avec les artistes après la représentation du 29 octobre.

Se définir, soi, dans les contraintes des genres masculin et féminin. Acclamé dès sa création à Montréal en 2011, Complexe des genres traite de la quête d’identité à travers les relations.

Affligés de leurs peurs, des femmes et des hommes se heurtent les uns aux autres. On y sent le doute et la froideur de l’obsédante perfection. Mais il y a espoir: hommes et femmes sauront évoluer, s’estimer et aimer… Une chorégraphie physique, aux accents acrobatiques, empreinte d’une remarquable poésie visuelle.

Ses études terminées en 2007, Virginie Brunelle s’impose sur la scène contemporaine par le caractère cru et émotif de ses créations. L’efficacité et la force des images qu’elle propose sont aussi saluées au-delà de nos frontières, à de nombreux prestigieux festivals internationaux.

 

Credits
Artistic team
In the media

Chorégraphie : Virginie Brunelle
Interprétation : Isabelle Arcand, Luc Bouchard-Boissonneault, Sophie Breton, Claudine Hébert, Simon-Xavier Lefebvre, Peter Trosztmer
Lumières : Alexandre Pilon-Guay
Musique : Mozart, Schubert, Chopin, Beethoven, Max Richter, Philip Glass, Menomena
Photos : Marie Philibert-Dubois, Mathieu Doyon
Site Internet : Compagnie Virginie Brunelle

Embarqués dans une sorte de vertigineux manège à émotion, les interprètes passent leur temps en équilibre sur le fil mince qui sépare le mouvement pur de la narration. C’est d’ailleurs ce qui donne à leur prestation toute sa beauté et sa profondeur.

— Richard Boisvert, Le Soleil

Influencée par la structure de la danse classique, elle questionne la pureté de la ligne, la rigidité de la technique. Elle travaille à développer son propre vocabulaire chorégraphique dans une recherche autour de thèmes tels le couple, la communication, les différences entre les sexes.

— Lucie Vallée, Espace Ah !

Une image. Forte. Celle des jambes entrouvertes d’un homme et d’une femme qui le chevauche. Vêtue d’un simple tutu, dos à l’objectif. “Je suis partie de cette photo-là pour créer. Un théâtre m’avait demandé quelle serait ma prochaine production et comme je n’avais rien de fait, je me suis imposé cette image pour avoir quelque chose à leur proposer. C’est comme ça que le projet est né.”

— Catherine Genest, Voir

On s’émeut à la vue de cette danse-vérité aux accents poétiques. Somme toute, à mesure que les tableaux de Complexe des genres défilent, les images construites par la chorégraphe ainsi que son vocabulaire se font plus personnels. On aime notamment que Brunelle emprunte au vocabulaire de la danse classique, en y insufflant un fini brut d’une facture qui lui est propre.

— Stéphanie Brody, La Presse