La Rotonde
Fr
Fr
S et Villanelle
S et Villanelle
S et Villanelle

S et Villanelle

Saison 2011-2012
12, 13, 14 décembre 2011, 20h
60 minutes
Tarif général : $ 45.5 Jeune adulte/Artisan/Enfant : $ 37.1
8 artistes sur scène

Un rendez-vous avec la grâce

José Navas visite régulièrement le public de La Rotonde depuis plusieurs années. Celui-ci eu la chance, notamment, de savourer Abstraction, One Night Only 3/3, Portable Dances, et le magnifique Anatomies. On ne peut pas dire autrement : chaque rencontre avec l’œuvre de José Navas et les danseurs de la Compagnie Flak procure un raffinement des sens, un éveil de l’âme, une dégustation du mouvement.

S
Danser le silence.
Habiter les longues respirations de la musique d’Erik Satie.

L’espace, comme une page blanche.
Où le mouvement s’inscrit avec précision et énergie.

Une chorégraphie structurée comme une partition musicale, huit interprètes éblouissants.
Comme des stradivarius.


“Quand on écoute bien les Gymnopédies et les Gnossiennes, on se rend compte que Satie décline le même thème avec toutes sortes de variations. C’est simple, clair, totalement abstrait, mais c’est aussi très poétique et très touchant. Sa manière de créer fait écho à ma façon de composer mes pièces à partir d’une phrase-thème qui donne naissance à toutes les autres.” – José Navas

S est la première pièce de José Navas pour grand plateau. Elle sera précédée du solo Villanelle de et avec José Navas.

En coprésentation avec
Credits
Artistic team
In the media

Chorégraphie : José Navas – Le matériel chorégraphique a été développé en collaboration avec les danseurs
Musique S : Gnossiennes et Gymnopédies d’Erik Satie
Musique Villanelle : Vivaldi
Interprétation : Billy Bell, Lindsey Renee Derry, Sarah Fregeau, Alexandre Jolicoeur, Waldean Nelson, François Richard, Lauren Semeschuk, Émilie Tremblay
Répétitrice : Jamie Wright
Éclairages : Marc Parent
Costumes : José Navas/Compagnie Flak

S est une production de José Navas/Compagnie Flak en coproduction avec le Concertgebouw de Bruges (Belgique), le Fonds de création du réseau de CanDanse, Danse Danse (Montréal), le Festival Danse Canada (Ottawa), le Centre national des Arts (Ottawa) et le théâtre Centennial (Sherbrooke). Elle est soutenue par la section danse du Conseil des Arts du Canada.

José Navas

José
Navas

Chorégraphie
Billy Bell

Billy
Bell

Création et interprétation
Lindsey Renee Derry

Lindsey
Renee Derry

Création et interprétation
Sarah Fregeau

Sarah
Fregeau

Création et interprétation

Alexandre
Jolicoeur

Création et interprétation
Waldean Nelson

Waldean
Nelson

Création et interprétation
François Richard

François
Richard

Création et interprétation
Lauren Semeschuk

Lauren
Semeschuk

Création et interprétation
Émilie Tremblay

Émilie
Tremblay

Création et interprétation
Jamie Wright

Jamie
Wright

Direction des répétitions
Marc Parent

Marc
Parent

Lumières
José Navas/Compagnie Flak

José Navas/Compagnie Flak

Costumes
Production

Les interprètes répondant aux plus hautes exigences techniques parviennent à rendre très personnelle et dramatique une gestuelle des plus formelles. Plus la pièce se déroule sous nos yeux, plus on sent un détachement de l’esprit d’avec le corps. Il y a une espèce de croissance personnelle mystique que l’on ressent au dernier tableau. On en ressort grandi.

— Marie-Josée Boucher, Info-Culture.biz

Devant le travail de José Navas, le coeur s’apaise et l’oeil se plaît à suivre les mouvements suspendus à intervalles réguliers pour que les corps forment des sculptures humaines, des tableaux abstraits et éthérés.

— Josianne Desloges, Le Soleil

«Depuis la création de Portable Dances [en 2005], je suis fasciné par le mouvement et la méditation. Comment on danse dans un état qui soit présent, pur», explique-t-il, ajoutant que techniquement, il cherche à se concentrer sur le squelette, en provoquant le moins d’efforts musculaires possibles. Ensuite, vient la communion presque spirituelle avec le public.

— Josianne Desloges, Le Soleil

“Une danse peut être abstraite, mais avoir une progression et une logique que l’on peut suivre, commente le chorégraphe d’origine vénézuélienne. Ainsi, la structure de S peut être comparée à la vie d’un corps humain qui naît, se développe, se complexifie et commence à perdre des choses pour redevenir presque un bébé avant de disparaître. On voit toute l’intelligence du corps humain et à la fin, c’est comme si les danseurs se déchiraient et que leur esprit sortait.”

— Fabienne Cabado, Voir.ca

Sur la sublime musique d’Erik Satie, S est une évocation de la nature humaine à travers l’expression du mouvement pur. José Navas dansera son solo Villanelle en ouverture, établissant ainsi sa signature pleine de douceur et d’esthétisme. L’œuvre de Navas procure un raffinement des sens, un éveil de l’âme, une dégustation du mouvement.

— QuebecSpot Média

Une production d’envergure, signée par un artiste qui a l’habitude de nous en mettre plein les sens, et qui nous souffle déjà de beauté au premier coup d’œil, au simple regard jeté à l’extrait vidéo.

— Catherine Genest, Voir.ca