La Rotonde
À propos de Ganas de vivir

À propos de Ganas de vivir

02 avril 2012

« Exaltant, baroque, audacieux, inattendu, empruntant autant au théâtre, à la performance, au cirque, aux références cinématographiques, qu’à la danse elle même, l’univers Lombardo, si typé, marque le paysage de la scène montréalaise depuis plus de cinq ans. »
– La Presse, septembre 2008

Fusionnant en un tout remarquablement réussi, les huit danseurs, comédiens et musiciens de Ganas de vivir, du Mexique et du Québec, assemblent les corps, les gestes et les mots aussi bien que l’accordéon, la guitare, la percussion et le chant. Les deux langues parlées sur scène, le français et l’espagnol, se transforment en un joyeux fragnol. Et tout au long de l’œuvre se tisse un fil ténu entre l’humour et le drame.

Une aventure québéco-mexicaine
Ce projet est né d’un désir de rencontre humaine et artistique entre deux compagnies de danse contemporaine : l’une canadienne (Les sœurs Schmutt, de Montréal) et l’autre mexicaine (La Compañia de Danza y Arte Escénico de Colima). Il était important pour la chorégraphe que l’équipe de Ganas de vivir travaille dans les deux pays, que chacun aille à la rencontre de l’autre, s’imprègne de sa culture en apprenant à communiquer dans la langue du pays visité. Les longs séjours au Mexique et au Québec ont profondément marqué l’équipe et permis de mieux cerner les enjeux interculturels. En effet, cette pièce interroge la frontière entre les cultures nord-américaine et mexicaine à travers l’exploration de deux divergences culturelles fondamentales : la langue et le rapport à la mort. De ce fait, elle questionne la part de l’influence culturelle dans nos comportements individuels et dans nos rapports aux autres. L’envie de vivre est envisagée ici comme une pulsion, intégrant à la fois le fantasme de toute puissance et la conscience de la mort.

« Très vive, la pièce que signe la jeune chorégraphe Élodie Lombardo ravit par son regard kaléidoscopique sur la mort. Alternant les moments de recueillement, de douleur avec des instants de franche rigolade et de dédramatisation, l’œuvre aborde un sujet grave sans jamais accabler le spectateur ni manquer de délicatesse […] Élodie Lombardo fait preuve d’un réel talent pour évoquer les images fortes, qui s’enchaînent avec rythme »
– Le Devoir, septembre 2008.

Ganas de vivir élu le 5e meilleur spectacle de l’année 2008,
Top 10 rétrospective de la presse 2008 par Stéphanie Brody

 

 

Voir la page du spectacle

 
 
 

 

Le spectacle Ganas de vivir fait partie de la programmation de l’évènement
Québec Juntos / Ensemble coordonné par Rhizome