Programmation 2019-2020

Singeries

8, 9, 10, 11 octobre 2019
De la glorieuse fragilité

30, 31 octobre et 1er novembre 2019
FRONTERA

20 novembre 2019
Bygones

21, 22, 23 novembre 2019
SUITES PERMÉABLES

23, 24 janvier 2020
Vraiment doucement

18 février 2020
Résilience

17, 18, 19, 20 mars 2020
Les corps avalés

1er avril 2020
Le problème avec le rose

31 mars et 1, 2, 3, 5 avril 2020
Memory Palace

14, 15, 16, 17 avril 2020
Transire + Night Owls

28, 29, 30 avril et 1er, 2 mai 2020
Gigue in the dark 2.5

13, 14, 15, 16 mai 2020
Magnetikae

26 mai 2020

Prochainement

Singeries
8, 9, 10, 11 octobre 2019 20 h
55 minutes
Maison pour la danse

Priscilla Guy et
Catherine Lavoie-Marcus
Mandoline Hybride
Montréal

Deux artistes sur scène

Performatif / Réjouissant / Inventif

Sur scène, deux amies se singent : elles s’imitent et se moquent l’une de l’autre dans une rencontre compulsivement renouvelée. Au centre d’une fresque vidéographique, leurs gestes se dédoublent, se livrent au grotesque et volent en éclats. La technologie vient pirater les corps en scène : l’échantillonnage sonore, de même que des procédés de mapping et de glitching vidéo, accentuent les simulacres. Singeries est une performance à la fois désopilante et touchante qui amalgame librement la littérature, le cinéma, l’improvisation, la danse, le lipsync. Entourées de chevronnés collaborateurs, les interprètes et chorégraphes livrent une proposition inventive, foisonnante et soigneusement dirigée.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 9 octobre.


Prochainement

De la glorieuse fragilité
30, 31 octobre et 1er novembre 2019 20 h
60 minutes
Université Laval - LANTISS

Karine Ledoyen
Danse K par K
Québec

Cinq artistes sur scène

Célébration / Complicité / Confidences

La fête a eu lieu, les danseurs portent leurs corps et la scène à blanc pour reprendre l’exercice. Portés par les témoignages et les confidences d’interprètes ayant quitté la pratique, quatre danseurs et une vidéaste s’affairent à honorer ce que les premiers ne font plus. De la glorieuse fragilité est une brillante réflexion et célébration de son médium, un deuil d’une tendresse inouïe. Les interprètes, poussés dans leurs retranchements physiques et émotifs, font preuve d’une hypervigilance à l’autre dans leur occupation de l’espace. Dans un plaisir palpable, ils s’acquittent avec brio de la grandeur de ce projet. Karine Ledoyen fait montre, une fois de plus, de l’intelligence et de la sensibilité de sa recherche chorégraphique.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 31 octobre.


Prochainement

FRONTERA
20 novembre 2019 20 h
70 minutes
Grand Théâtre de Québec - salle Louis-Fréchette

Dana Gingras
Animals of Distinction
Montréal

Quatorze artistes sur scène

Architecture lumineuse / Frontière / Identité / Démesure

Connue et reconnue comme figure incontournable de la danse contemporaine depuis plus de 25 ans, Dana Gingras étonne encore par son audace et sa fougue. Entourée de la formation musicale Fly Pan Am, de collaborateurs de longue date – United Visual Artists, Dave Bryant (Godspeed You! Black Emperor) – et de figures établies et montantes de la danse, la chorégraphe présente une nouvelle pièce qui explore les frontières, réelles et imaginaires.

À l’ère du nationalisme agressif et de la surveillance de masse industrielle, le corps humain n’a jamais été aussi visible, soumis à des formes envahissantes de contrôle : enregistrement des mouvements, validation des identités, collecte des données personnelles. La frontière se déplace, cherche à orchestrer son passage à travers le monde. Alors que les domaines public et privé sont engloutis par les technologies de surveillance et les tests de légitimité, quel espace reste-t-il pour le corps indiscipliné, ingouvernable?


Prochainement

Bygones
21, 22, 23 novembre 2019 20 h
70 minutes
Théâtre Périscope

David Raymond et
Tiffany Tregarthen
Out Innerspace Dance Theatre
Vancouver

Cinq artistes sur scène

Sculptural / Improbable / Rigoureux / Fascinant

Après avoir présenté Me So You So Me et Major Motion Picture, la compagnie vancouvéroise Out Innerspace Dance Theatre revient au Québec avec une proposition chimérique flirtant avec le surnaturel.

« Tout est dans les limbes. La tentation est partout. L’entre-deux est douloureux, étrange, hilarant, mais nécessaire. » Les interprètes oscillent entre leur devenir et ce qui les a précédés, dans une danse rigoureuse, hyper détaillée, qui ouvre les esprits. Bygones est un hommage à la volonté, à ce qui arrive de grand et de beau lorsqu’on surmonte les épreuves.

Alors que la lumière sculpte littéralement le mouvement, des personnages prennent vie dans les marges pendant que des sculptures corporelles exercent la fascination, révélant une architecture fantomatique. En émane quelque chose comme une anarchie physique qui taquine la matérialité, renverse la logique et agit comme un hymne aux forces invisibles, aux désirs inavoués.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 22 novembre.


Prochainement

SUITES PERMÉABLES
23, 24 janvier 2020 19 h et 20 h 30
70 minutes
Maison pour la danse

Emmanuel Jouthe
Danse Carpe Diem
Montréal

Six artistes sur scène

Expérience / Proximité / Sensations / Fougue

Une rangée de spectateurs. Droit devant, un mur. Entre les deux, une scène étroite ponctuée d’une suite de moments chorégraphiques. Avec douceur, le rapprochement entre le danseur et le spectateur se fait. La danse se perçoit alors en périphérie de la scène ou à travers l’épiderme, souvent à fleur de peau.

SUITES PERMÉABLES se veut une source de questionnement sur l’intimité. L’illustration de ce qui, dans chaque culture, établit la distance physique inconsciente entre deux personnes. La pièce s’attarde à cette couche invisible, cet espace personnel qui permet d’entrer en contact avec le monde, de le respirer, de le transpirer et, surtout, de le sentir. Ancrée dans un paysage atypique, cette expérience dansée vise à faire sortir le spectateur de sa zone de confort, à bousculer ses perspectives et à l’amener à la rencontre inattendue de l’autre.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 23 janvier, 20 h 30.


Prochainement

Vraiment doucement
18 février 2020 20 h
70 minutes
Grand Théâtre de Québec - salle Louis-Fréchette

Victor Quijada
RUBBERBAND
Montréal

Douze artistes sur scène

Architecture lumineuse / Frontière / Identité / Démesure

Le chorégraphe Victor Quijada récidive avec deux musiciens et dix danseurs-athlètes, virtuoses au sommet de leur forme. Vraiment doucement s’intéresse aux mécanismes comportementaux et aux réflexes que l’on développe devant le flux constant de nuisances dont nous sommes bombardés au quotidien.

Si la plupart des humains portent en eux un réel désir de calme et de résilience, comment faire son chemin vers une zone où le bruit et les agressions n’ont plus leur place ?

Démontrant à la fois délicatesse, brutalité, finesse et haute voltige, la chorégraphie met en scène toute l’énergie contenue dans l’urgence, la révolte, le chaos et la fuite.

Considéré comme un pionnier pour son rôle dans le développement d’un nouveau style inspiré du breakdance, du ballet et de la danse-théâtre, le chorégraphe s’est mérité plusieurs récompenses internationales.


Prochainement

Les corps avalés

Virginie Brunelle
Compagnie Virginie Brunelle
Montréal

Douze artistes sur scène

Soulèvement / Chaos / Espoir / Embrasement

Après la remarquée présentation de Beating, sa première production internationale, Virginie Brunelle ose sa plus ambitieuse création à ce jour. Les corps avalés est une émouvante odyssée humaine où l’intelligence sensible de la chorégraphe révèle toute sa lumière. Fresque vivante qui dépeint la société actuelle, la pièce explore la conjonction de la détresse et de l’espoir, de la bestialité et de la compassion. Elle questionne le legs et le rôle de l’humain sur Terre, dans un soulèvement qui espère la création d’une collectivité tournée vers l’autre. Maîtrisant le délicat équilibre entre l’expressivité et la physicalité vigoureuse du langage gestuel, Brunelle invite sur scène le Quatuor Molinari et dirige huit danseurs pour dépeindre cette humanité fatiguée, en quête de douceur et de solidarité. Élégante et enivrante, la danse est alors salutaire.


Prochainement

Memory Palace
14, 15, 16, 17 avril 2020 20 h
55 minutes
Maison pour la danse

Dorian Nuskind-Oder
Je suis Julio
Montréal

Trois artistes sur scène

Rafraîchissant / Ludique / Rassembleur

Rigoureuse, ludique et énergétique, Memory Palace est une performance qui explore les liens entre la mémoire corporelle, la musique et la danse. Le titre de la pièce réfère à la méthode de mémorisation éponyme ayant recours à l’architecture d’un lieu afin d’organiser une large série d’informations. Suivant ce modèle, la chorégraphie s’axe sur la notion de souvenir collectif. Alternant entre séquences à l’unisson et solos intimes, elle révèle la façon indéniable dont le mouvement se grave dans le corps. Incluant un large éventail de danse – folklorique, sociale, moderne, en ligne – la pièce construit un espace qui invite performeurs et spectateurs à retrouver leurs propres souvenirs dansés. Une expérience rafraîchissante, qui donne espoir.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 15 avril.


Prochainement

Transire + Night Owls
28, 29, 30 avril et 1er, 2 mai 2020 20 h
35 + 45 minutes
Maison pour la danse

Mikaël Xystra Montminy
Compagnie Wu Xing Wu Shi
Québec

Deux artistes sur scène

+

David-Alexandre Chabot
et Paul Chambers
Collectif CHA
Montréal

Une artiste sur scène

Transformation / Élévation / Physicalité

Transire est inspirée de la pièce Le jeune homme et la mort, livret écrit par Jean Cocteau et chorégraphié par Roland Petit pour une première fois en 1946. Celle-ci raconte le suicide d’un jeune et pauvre peintre à la suite de la rupture avec son amante. Cette revisite, véritable suite dansée de la pièce de Cocteau, se veut une lecture contemporaine du drame. Une sorte de métaphore poétique et physique traduisant la rupture, l’échec, les petits et grands deuils. Ceux-ci sont mis de l’avant telle une occasion à saisir pour s’élever, entamer une transformation bénéfique. / Comme première œuvre chorégraphique, Mikaël Xystra Montminy propose un duo poignant avec l’interprète Odile-Amélie Peters dans un style unique alliant Kung Fu de Wudang, ballet, breakdance et danse contemporaine.


Fantastique / Empathique / Humain

Noirceur. Doucement, le public est guidé alors qu’un intense bourdonnement emplit l’espace. Une entité rayonnante apparaît et se déplace dans une savoureuse lenteur. Elle tente d’initier la communication. / Laissés à eux-mêmes quelque part dans l’infini, les spectateurs perdent leurs repères alors que l’espace au-dessus de leurs corps s’anime de couleurs, éveille leurs sens. L’expérience est à la fois fantastique, empathique, humaine. / Misant sur un truchement des perceptions auditives et visuelles, Night Owls défie les sens et s’engage dans une esthétique visionnaire au confluent des langages et des techniques.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 29 avril.


Prochainement

Gigue in the dark 2.5
13, 14, 15, 16 mai 2020 20 h
75 minutes
Maison pour la danse

Lük Fleury, Sandrine Martel-Laferrière, Ian Yaworski
BIGICO
Montréal

Cinq artistes sur scène

Sensoriel / Rythmé / Vibrant

Avec Gigue in the dark 2.5, la BIGICO signe le grand retour de la gigue contemporaine à Québec. Dans un espace vide, le public est invité à découvrir une quinzaine de tableaux chorégraphiques à la narration soutenue. En clair-obscur, la poésie du sol émerge en rythmes, en vibrations, en résonances, en frottements, en évocations.

Les adeptes d’expériences sensorielles traverseront avec émerveillement cette douce noirceur habitée de danseurs-fantômes, ponctuée de lumière. Gigue in the dark 2.5, un spectacle immersif qui stimule l’imaginaire, qui déploie l’inventivité d’une société de gigueurs en pleine effervescence.

Une discussion avec les artistes aura lieu après la représentation du 14 mai.


Prochainement

Magnetikae

Myriam Allard et Hedi Graja
La Otra Orilla
Montréal

Quatre artistes sur scène

Contrastes / Banquise / Dérive / Exil

Après le gratifiant succès d’El 12 en 2012, La Otra Orilla revient nous envoûter avec son style singulier si apprécié, le flamenco contemporain. Myriam Allard, bailaora, et son complice de longue date Hedi Graja, cantaor, entourés d’un pianiste et d’un percussionniste, se rencontrent dans un univers aussi extravagant qu’invraisemblable. Dans Magnetikae, la danse qui évoque la chaleur ardente s’entrelace avec la froidure polaire du glacier avec une ferveur magnétique. D’une gestuelle riche de contrastes et de dissonances naît le choc des extrêmes qui met en relief les concepts de déracinement et d’exil. Un conte flamenco sur la banquise, une œuvre qui interroge les paysages qui vivent à l’intérieur de chacun, d’une poésie inouïe.




Spectacles passés

Saison 2019-2020

Treize spectacles
Sous la feuille

1, 2 juin 2019
Lifeguard

24, 25, 26 avril 2019
Threshold

13, 14 avril 2019
Dialogue

27, 28, 29 mars 2019
Threesixnine

19, 20, 21 mars 2019
Pour

4, 5, 6, 7 mars 2019
Gratter la pénombre

7, 8, 9 et 13, 14, 15, 16 février 2019
bang bang

16, 17, 18 janvier 2019
Solo 70

29, 30 novembre 2018
The Black Piece

1, 2 novembre 2018
L’École buissonnière

28 octobre 2018
Running Piece

17, 18, 19 octobre 2018
Saison 2018-2019

Douze spectacles
La fille d’à côté + Duet for One Plus Digressions

26, 27 avril, 20 h
28 avril, 15 h et 20 h
2, 3 mai, 20 h
Solitudes duo

19, 20 avril 2018
Infinity Doughnut

11, 12 et 13 avril 2018