La Rotonde
Critique : Me So You SO Me

Critique : Me So You SO Me

24 janvier 2014

Me So You So MeArticle de Robert Boisclair publié sur le blogue Les Enfants du paradis le 24 janvier 2014

La Rotonde offre au public de Québec une oeuvre qui sort des sentiers battus avec Me So You So Me. Manga, musique japonaise, danse et théâtre se côtoient dans un agréable ballet contemporain.

Me So You So Me amène le spectateur dans un monde féérique. L’imaginaire y est fertile. Parfois drôle, parfois langoureux. Très souvent bande dessinée et manga. Un univers sorti tout droit de l’imaginaire fertile et surprenant. du duo de danseurs/chorégraphes.

Mi-clown, mi-athlète ils offrent une performance qui sort des sentiers battus. Ils jouent avec les codes de la danse qu’ils mixent avec le théâtre, les jeux de lumières, les éclairages et la musique japonaise. Les surprises abondent. Pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Le spectacle débute dans la noirceur la plus totale. Puis une lumière apparaît. Ou est-ce la danseuse ? Difficile à dire puisque la danseuse est la lumière. Pour le savoir, vous devrez voir le spectacle. Disons, que cette entrée est quelque peu surprenante et… drôle à certains moments. D’ailleurs, la lumière, et son absence, est un troisième danseur dans ce spectacle. La lumière se fait absente, présente ou encore ne se présente que dans des lieux circonscrits de la scène.

Chaque danseur a sa propre énergie. Sa posture corporelle. Son image. Son allure. Son personnage. Elle est vivante. Dynamique. Drôle. Il est plus amorphe. Stoïque. Ils jouent l’un avec l’autre. Les corps s’interpellent. Ils interprètent de courtes scènes. Parfois de batailles ou de combats. Parfois seul ou en complémentarité. Parfois en duos. Les deux corps sont athlétiques, surtout elle. L’énergie est grande. On y sent un grand amour du mouvement. Un plaisir de la danse. Parfois, un peu trop pour le mouvement en lui-même. Ils nous entrainent dans un univers différent de ce que la danse contemporaine nous offre habituellement. Un style surprenant et vivant. Des longueurs parsèment ici et là le spectacle. Mais ne boudez pas votre plaisir pour si peu.

Un spectacle qui surprend par son audace, drôle à certains moments, ludique et quelque peu dadaïste qu’il faut voir pour découvrir la danse contemporaine d’une nouvelle façon.

Présenté par La Rotonde à la Salle Multi de Méduse ce soir et demain soir. Avec David Raymond et Tiffany Tregarthen. Une chorégraphie de David Raymond et Tiffany Tregarthen.

Source: Les Enfants du paradis bloguent!, Robert Boisclair