La Rotonde
Danse – Plan directeur : du travail pour dix ans

Danse – Plan directeur : du travail pour dix ans

09 juin 2011

Article de Catherine Lalonde paru dans le Devoir le 4 juin 2011

Photo : Source Compagnie Marie Chouinard

Une scène de Body Remix, de Marie Chouinard / Photo : Source Compagnie Marie Chouinard

La danse a maintenant son plan directeur. Polaroïd de la danse actuelle, de ses forces et de ses faiblesses, ce Plan directeur de la danse, dévoilé jeudi dernier par le Regroupement québécois de la danse, propose des actions pour solidifier le milieu et son art. De quoi s’occuper pour les dix prochaines années.

Le danseur et président du Regroupement québécois de la danse (RQD), Marc Boivin, rappelait lors du dévoilement qu’au moins 250 personnes ont participé au Plan directeur de la danse, qui a nécessité quelque 4000 heures de travail et de bénévolat. Né d’une réflexion entamée en 2005, rejeton direct des Grands Chantiers de la danse et des Seconds états généraux, ce plan est une radiographie détaillée du milieu, et c’est sa première force. La danse, conclut l’enquête, est un écosystème: son écologie, complexe, dépend de plusieurs métiers, de plusieurs fonctions, de plusieurs structures et d’organismes différents.

La principale priorité, s’il fallait n’en nommer qu’une, serait donc d’«assurer l’équilibre du système», selon la directrice générale du RQD, Lorraine Hébert. «Présentement, la danse n’a pas d’assises: elle a une synergie, mais qui pourrait être tellement plus forte!» Une synergie créée par les danseurs, les professeurs, les chorégraphes, les diffuseurs, les gestionnaires, les penseurs, les médiateurs culturels. Beaucoup de monde. Et beaucoup de besoins.

[…]

Cinq grandes ambitions rassemblent toutes les actions et recommandations, dont la réalisation s’étendrait sur au moins dix ans. Avoir les moyens de l’excellence; constituer un secteur professionnel sain et viable; se distinguer comme foyer d’innovation à l’échelle nationale et internationale; rencontrer son public; et s’ancrer sur le territoire dans le tissu social et culturel du Québec.

Parmi les nombreuses actions proposées, certaines touchent les infrastructures, car «il nous faut des adresses, on l’a compris avec tout le dossier de la Fondation Jean-Pierre Perreault»: l’arrimage de la formation et des besoins professionnels; l’entrée de la danse dans les écoles et les cours d’éducation physique; la diffusion partout au Québec et dans le monde; et l’instauration de pôles de danse importants ailleurs qu’en ville.

[…]

Lorraine Hébert poursuit: «Le Plan directeur est un outil pour tous ceux qui veulent aider. Les partenaires gouvernementaux peuvent voir exactement quels sont les besoins. Le capital de sympathie, déjà, est énorme.» Et les danseurs, que peuvent-ils faire de leur côté? «Revendiquer de meilleures conditions de travail, répond tout de go Lorraine Hébert. On travaille sur le micro et le macro, en même temps, et les deux sont importants.» Il a fallu de la cohésion et des discussions pour aboutir au Plan directeur de la danse. Voilà pour le milieu et ses aficionados, le temps de mettre la main à la pâte, le temps des réalisations.

La Rotonde fait partie du Regroupement québécois de la danse
Source : Le Devoir