La Rotonde
Danse : une saison en harmonie

Danse : une saison en harmonie

26 avril 2012

Article de Richard Boisvert, paru dans Le Soleil, le 26 avril 2012

(Québec) Moment de parfaite harmonie pour le milieu de la danse à Québec, hier, alors que le Grand Théâtre et le centre chorégraphique La Rotonde ont procédé conjointement au lancement de leurs saisons respectives. Une première.
Danse Lhasa danse rendra hommage à la défunte…

«Peu de concurrence, beaucoup de complémentarité», a résumé Steve Huot, le directeur de La Rotonde, à propos de l’entente qui règne entre son organisme et le Grand Théâtre. Cette collaboration s’est développée au cours des dernières années avec la présentation commune de spectacles. Elle diminue les risques et permet de bonifier l’offre, a précisé Michel Côté, directeur de la programmation du Grand Théâtre.

M. Côté s’est d’ailleurs engagé à offrir ce qui se fait de mieux aux amateurs de danse de la région. À commencer par Carte Blanche, qu’il a présenté comme LA compagnie de danse contemporaine en Norvège. La troupe installée à Bergen s’amène à Québec avec Corps de Walk, une pièce de 55 minutes qui porte la signature de Sharon Eyal et de Gai Bachar, partenaires de création à la Batsheva Dance Company de Tel-Aviv.

Musique en direct

En 2012-2013, plusieurs spectacles s’enrichiront de la présence sur scène d’instrumentistes et de chanteurs. C’est le cas du percutant Political Mother de la compagnie anglaise Hofesh Shechter, alors qu’un orchestre rock composé de sept instrumentistes accompagnera une troupe de 10 danseurs déchaînés. Dans Autorretrato, l’étoile du flamenco María Pagés dansera au son des guitares, du violoncelle, de la percussion et de la voix.

Lors d’une soirée hors série intitulée Danse Lhasa danse, Karen Young, Geneviève Toupin, Alexandre Desilets et Alejandra Ribera rendront hommage à la défunte auteure-compositrice-interprète Lhasa de Sela. Huit danseurs et un orchestre réunissant entre autres le contrebassiste Philippe Brault, le guitariste Joe Grass et le pianiste Denis Faucher monteront sur la scène d’Octave-Crémazie.

L’action concertée de La Rotonde et du Grand Théâtre aura des conséquences aussi positives que directes pour les artistes d’ici. Le travail d’Harold Rhéaume et de la troupe Le fils d’Adrien danse pourra ainsi être vu à la salle Octave-Crémazie, en décembre. Fluide, une oeuvre en cours de création, figure au programme. Nicolas Jobin signe la musique et Bernard White, les éclairages et la scénographie, Philippe Dubuc, les costumes. «C’est un grand rêve qui se réalise!» a lancé le chorégraphe avec enthousiasme.

D’autres créations importantes, comme 73 degrés nord, de la chorégraphe de Saint-Jean-Port-Joli Chantal Caron, et Trois paysages, de Karine Ledoyen, sont également inscrites au calendrier.

À noter, en terminant, deux productions pour les jeunes et les moins jeunes présentées à l’occasion de l’événement Cas public. Il s’agit de Gold, qui s’adresse au public âgé de quatre ans et plus et qui s’inspire des fameuses Variations Goldberg de J.S. Bach, et de Variations S, qui marie le légendaire Sacre du printemps de Stravinski et l’univers des D.J.

Source : Le Soleil, Richard Boisvert