La Rotonde
  • Accueil
  • Arrière scène
  • Oublie tout ne pense plus à rien | Billet de Marie-Ève Lord pour Idiom + Ruminant Ruminant
Oublie tout ne pense plus à rien | Billet de Marie-Ève Lord pour Idiom + Ruminant Ruminant

Oublie tout ne pense plus à rien | Billet de Marie-Ève Lord pour Idiom + Ruminant Ruminant

23 janvier 2015

ruminant-ruminant-brice-noeser-photo-katrine-patry-1Nous sommes des animaux pensants, des ruminants ruminants. On ne peut s’empêcher de penser, réfléchir, repenser, remâcher, ruminer, peu importe notre langage ou notre métissage.

Laissez-moi vous dire que je rumine pas mal en ce moment. Je suis déstabilisée. Je viens de voir un O.D.N.I., un objet dansant non identifié. Je cherche quelque chose d’intelligent à dire sur ce que je viens de voir, de vivre… Et je n’y arrive pas. Je suis simplement contente d’avoir vécu ce moment, que je ne comprends pas tout à fait, mais qui semble vouloir laisser ses traces. Un moment ruminant.

Faut dire que je suis une éternelle néophyte de la danse contemporaine. Mes repères sont limités et je n’ai pas de connaissances spécifiques quant à cette discipline et son vocabulaire (de toute façon, Mario Veillette est là pour ça 😉 ). Je trouve simplement que le corps est un magnifique outil de communication. Le corps est une œuvre d’art qui transcende de façon puissante des histoires, des émotions. Nos émotions. C’est beau.

J’aimerais pouvoir vous en dire davantage, mais je suis simplement contente d’avoir vibré au rythme d’émotions et de pensées qui ne sont pas les miennes, du moins, qui ne font pas nécessairement partie de mon quotidien. Contente d’avoir shaké un peu ma perception, d’avoir court-circuité mon système cervical, de m’être laissé emporter dans la folie artistique d’autres animaux pensants, pour ne pas dire dansants. Car nous sommes des humains. Nous avons tous besoin de lâcher notre fou, d’ouvrir notre esprit et de laisser des histoires imprégner notre cœur. Ça, ça devrait faire partie de notre quotidien. Le lâcher-prise, l’aléatoire, l’absurde, le rire, la déconstruction créatrice…

J’ai débuté la soirée en regardant ma montre sur fond bleu, puis je la termine avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles, du rouge et du jaune plein la tête quand je ferme les yeux. C’est presque toujours comme ça, mais jamais pareille. C’est pour ça que j’aime la danse contemporaine.

Je suis simplement contente d’avoir vécu cette expérience, de l’avoir partagé et ruminé de tout bord tout côté avec une amie ouverte de cœur et d’esprit. Je suis simplement contente d’avoir vécu une expérience extraordinaire.

Extraordinaire, selon la définition du dictionnaire : 1. Qui n’est pas selon l’usage ordinaire, selon l’ordre commun. 2. Qui étonne, suscite la surprise ou l’admiration par sa rareté, sa singularité. 3. Remarquable dans son genre; très grand, fort, intense.

Je vous invite à en faire l’essai, de l’extraordinaire.

Sur ce, la danse vous dit :

« Ne dis rien, surtout pas, ne dis rien suis moi
Ne dis rien, n’ai pas peur, ne crains rien de moi
Suis moi jusqu’au bout de la nuit
Jusqu’au bout de ma folie
Laisse le temps, oublie demain
Oublie tout ne pense plus à rien »

https://www.youtube.com/watch?v=VmIUjMZKlGQ&feature=youtu.be