La Rotonde
En
En
Lifeguard
Lifeguard
Lifeguard

Lifeguard

Saison 2018-2019
24, 25, 26 avril 2019, 20h
120 minutes
Prévente / Aîné / Artisan / Étudiant : 25 $ Général : 30 $
1 artiste sur scène Discussion avec les artistes après la représentation du 25 avril

Un toucher existe-t-il avant que le contact se produise ? Comment une danse peut-elle se définir par le ressenti, celui qui est motivé par l’affect ?

C’est un secret encore trop bien gardé. Aux côtés d’Édouard Lock, Louise Lecavalier et Marie Chouinard, Benoît Lachambre est l’un des artistes canadiens en danse les plus connus à travers le monde. Tout en questionnant la place de l’artiste et la passivité du spectateur, le chorégraphe propose, avec cette création, un dialogue désinhibé autour des modes de présence. Dans une ouverture pleine de confiance envers l’autre, il invite les visiteurs à poser des touchers bienveillants à son corps afin de dévier la trajectoire de sa danse. Spectacle où l’engagement du public décide de l’expérience collective, Lifeguard est une installation de vie en plusieurs volets, une œuvre que l’on apprécie telle une exposition.

Crédits
Équipe artistique
Dans les médias

Chorégraphie et performance : Benoît Lachambre
Consultation artistique : Anouk Thériault, George Stamos, Valérie Lanciaux
Direction technique : Samuel Thériault, Olivier Chopinet
Composition musicale : Tomas Furey
Costumes : Benoît Lachambre et Valérie Lanciaux
Ajustements costumes : Alexandra Bertaut
Production : Par B.L.eux
Photos : Karolina Miernik (Festival ImPulsTanz 2016), Alicia Sudre, Fabbrica Europa, Rosy Sinicropi
Partenaires : CDC Atelier de Paris – Carolyn Carlson, Centre National de la Danse de Pantin, Ménagerie de Verre.
Soutien : Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des arts de Montréal.

Benoît Lachambre

Benoît
Lachambre

Chorégraphe-interprète
Costumes
Samuel Thériault

Samuel
Thériault

Direction technique
Par B.L.eux

Par B.L.eux

Production

L’expérience nous fait prendre conscience de nos inconforts, de nos conditionnements sociaux, de notre pudeur, de notre attention variable devant les flux de mouvements répétés et cycliques. Impossible de se retirer dans le confort de l’analyse et de la passivité, il faut plonger et — au moins un peu — danser.

— Josianne Desloges, Le Soleil