La Rotonde
The you Show – A Picture of you Flying (texte)

The you Show – A Picture of you Flying (texte)

10 mars 2012

Es-tu prêt à commencer?
Oui.
Yeah!
On pourrait appeler cela une crise d’identité
C’est difficile de demeurer conscient de qui on est
On souhaite que les gens connaissent le meilleur de nous-mêmes
Le plus fort, le plus confiant, l’être incroyable en nous
Et on se présente : “Voilà qui je suis”
Mais on n’est pas toujours aussi prêt
Quelquefois il vaut mieux garder un profil bas
Se fondre dans la foule
En vérité, nous sommes deux
C’est pourquoi on a tant de problèmes à faire durer nos relations
Parce qu’on ne laisse jamais personne
Entrer assez profondément dans notre intimité pour véritablement comprendre
Si tu projettes aller loin avec quelqu’un, tu vas devoir ouvrir ton esprit, n’est-ce pas?
Mais dès que tu atteins ce point
L’unique option viable est de te sauver
De quitter la relation
Avant de poser un geste stupide comme dire la vérité

Armure, armure
Il faut te protéger si tu veux pouvoir protéger les autres
Ça ne veut pas dire que tu n’es pas assez fort
C’est à propos de penser à plus tard, plus loin
Et de connaître ses propres limites
Et de savoir ce qui nous rend vulnérable
Ton armure est une extension de toi
Elle bouge avec toi
Elle possède sa propre intelligence
Et ses propres habiletés
Mais tu ne dois pas la laisser te contrôler
Il devient exaspérant de tant changer de costume
Quelquefois, tu crois passer plus de temps à te changer qu’à travailler
Et les collants…
Qui aime porter des collants?
On ne s’y habitue jamais, mais ça vient avec la tradition
Il y a de la force ici
Il y a de la force dans les collants
Tu ne veux pas avoir de morceaux qui pendouillent et s’accrochent un peu partout
Tu veux donner à voir des lignes pures
Tu veux être efficace, rapide
Tu veux que ça “glisse”
Tu veux pouvoir… (geste qui glisse et coule)

C’est dur pour le corps
Je ne mentirai pas
Une partie du corps fait mal après chaque performance
Tu vis ce qu’on appelle un revers d’activité
L’effet de l’adrénaline s’estompe

Tu as mal
Tu ne t’y habitues jamais
Tu donnes tout ce que tu as, puis BAM!
Un autre méchant te cloue au plancher
Et tu es immobilisé, pris, désorienté
Et tu es fatigué
Ton corps ne répond plus
Tu n’as plus d’énergie
Et tu dois t’en sortir
Tu dois t’en sortir et tu dois amener tout le monde avec toi
Tu entends courir la trotteuse de l’horloge
Tu vas bientôt manquer de temps
Tu ne peux pas arrêter
Si tu arrêtes, tu meurs
C’est la fin, la tombée de rideau

Ça mine
De toujours voir le mauvais côté des gens d’abord
On voit beaucoup de mal
On voit beaucoup de gens faire énormément de mal
Quelquefois, cela nous pousse à agir
À d’autres moments, cela nous écrase
Jusqu’au point où continuer à défendre ses propres valeurs n’a plus aucun sens
Et on se sent seul, comme si on était seul à tenter quelque chose

Et il n’y a pas de pardon possible
Les attentes sont démesurées
Puis, quelquefois
Nos talents nous laissent l’impression d’un fardeau que l’on porte
Une responsabilité au poids énorme
Que l’on n’a pas demandée
“Sauvez-vous!”, c’est ce que l’on a alors envie de crier
Mais non
Non
Il faut livrer la marchandise
Ne rien faire rendrait la situation encore pire
Ça n’a rien à voir avec la gloire
Tu le fais parce que tu aimes ça
Parce que tu ne veux pas que les méchants gagnent
C’est aussi simple et c’est tout

Parfois
Tu donnes tout ce que tu as, tout ce qui est en toi
BAM!
Un autre méchant vient t’abattre

Et tu es immobilisé, pris, désorienté
Et tu es fatigué
Ton corps ne répond plus
Tu n’as plus d’énergie
Et tu dois t’en sortir
Tu dois t’en sortir et tu dois amener tout le monde avec toi
Tu entends courir la trotteuse de l’horloge
Tu vas bientôt manquer de temps
Tu ne peux pas arrêter
Si tu arrêtes, tu meurs
C’est la fin, la tombée de rideau

C’est pourquoi on a tant de problèmes à faire durer nos relations
Parce qu’on ne laisse jamais personne
Entrer assez profondément dans notre intimité pour véritablement comprendre
Si tu projettes aller loin avec quelqu’un, tu vas devoir ouvrir ton esprit, n’est-ce pas?
Mais dès que tu atteins ce point
L’unique option viable est de te sauver
De quitter la relation
Avant de poser un geste stupide comme dire la vérité
Attends!

Traduction : Marie-Hélène Julien
Courtoisie : La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec

 

 

Voir la page du spectacle

Étiquette