là où je vis : la chronique d’Arianne

Publié le 12 novembre 2010 par La Rotonde

Par Arianne Martel
Arianne MartelLa danse contemporaine est, d’après-moi, accessible à tous pour une raison évidente: on peut l’interpréter de diverses façons, si on se prête au jeu, bien sûr. Pour ma part, j’ai bien apprécié LÀ OÙ JE VIS, chorégraphie de Danielle Desnoyers.

La charge émotive transmise par l’interprétation puissante des danseurs m’a percutée. Dépendance, soumission, quête d’espace sont autant d’impressions laissées par cette œuvre où les danseurs abandonnent leur poids sur l’un, se laissent guider par l’autre ou explosent dans tous les sens. L’art visuel que nous offre Manon de Pauw ajoute à l’authenticité et à l’ambiance intime.

La musique, ou devrais-je dire le design sonore de la pièce, m’a complètement plongée dans une transe, m’a transportée directement sur la scène. C’est en écoutant l’autre facette de ces bruits qui, normalement, agacent l’oreille, que je me suis laissée atteindre par cette nouvelle texture sonore: j’ai écouté ces sons me raconter une histoire.

La sensation d’enveloppement procurée par l’ambiance sonore ajoute à la signifiance que j’attribue à l’œuvre, c’est-à-dire que l’autre, la personne aimée, devient le centre du monde.

LÀ OÙ JE VIS est là où tu vis
.

Par une dentelle de motions inédites et de portés exquis, j’ai retenu que le corps est libre dans ce qu’il fait, mais surtout que l’esprit est libre dans ce qu’il est.

Voir la page du spectacle Là où je vis

Publié dans , | Marqué avec , , | Laisser un commentaire