Annie Gagnon: vocation tardive

Publié le 25 janvier 2011 par

Article de Alexandra Perron paru dans cyberpresse.ca, le 4 septembre 2010

Annie Gagnon - photo Le Soleil, Laetitia Deconinck

À Québec, AnnieGagnon a déjà travaillé comme interprète avec les chorégraphes Karine Ledoyen (dans OSEZ!), Mario Veillette (en danse butô) et Harold Rhéaume (dans LA NOCE pendant le Carrefour international de théâtre). Elle était aussi de la pièce CINQ HUMEURS d'Emmanuel Jouthe, présentée à la Rotonde en février.

(Québec) Annie Gagnon le dit d’emblée. Son parcours dans le monde de la danse est assez atypique. Après avoir commencé un doctorat en anthropologie qui l’a amenée jusqu’à Toronto, elle a réalisé qu’elle préférait consacrer sa vie à ce qui était jusqu’alors un loisir. À 27 ans, elle revenait chez elle pour entrer à L’École de danse de Québec.

Depuis sa sortie en mai 2009, après quatre années de formation, elle travaille à sa première création professionnelle, COCOON, qui sera présentée à la Rotonde en février. «Avec cette chorégraphie, je cherchais à sortir de ma gestuelle naturelle. Je me suis demandée ce qui me permettrait de le faire, et j’ai pensé à l’univers de l’insecte.»

Au départ, elle avait en tête l’image de l’éphémère, aussi appelé manne, qui meurt après quelques heures. «J’aimais la fragilité de cette vie. Je trouvais ça beau et poétique et c’est aussi une allégorie de la danse.»

Avec trois interprètes, puis une quatrième qui s’est ajoutée à la distribution récemment, Annie Gagnon est encore à développer un langage chorégraphique. Son étude s’est élargie à l’araignée, à la mante religieuse…

Lire la suite sur cyberpresse.ca
Voir la page de Cocoon et Les larmes d’Anna K.

Publié dans , | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire