BLEU., OU L’ESSAI VISUEL, par Impact Campus

Publié le 23 janvier 2018 par Valérie Roussel

La chorégraphie BLEU. du Français Yvann Alexandre, présentée par La Rotonde, a donné matière à réflexion aux spectateurs le jeudi 18 janvier dernier dans la Salle Multi du complexe Méduse.

La chorégraphie de danse contemporaine maintient le spectateur en haleine dès les premiers instants avec le son et la lumière : une sorte de grondement, puis soudain un coup de tonnerre et le noir complet. Une idée qui, selon le chorégraphe Yvann Alexandre, renvoi au titre du spectacle : « BLEU. ».

Alexandre marque une rupture avec le point final du titre, rupture qui reviendra ponctuellement durant le spectacle par la lumière, le bruitage et même la chorégraphie. Plutôt que pour sa couleur, Alexandre choisi le mot « bleu » de façon plus subtile : le bleu de la pièce, selon le chorégraphe, serait un hématome. « C’est une douleur qu’on sent, mais qu’on ne voit pas apparaître tout de suite », a-t-il déclaré à la fin du spectacle pour mettre les spectateurs sur une piste. En soit, il s’agirait d’un mal dont les conséquences n’apparaitraient que plus tard.

cie yvann alexandre création17 BLEU. photo libre de droits mention obligatoire photo franck ragueneau (6)

Photo: Franck Ragueneau

UNE THÉMATIQUE SOMBRE POUR UN SPECTACLE SOBRE

 

Habillés de costumes noirs et de très peu de lumière, les sept artistes danseurs, cinq femmes et deux hommes, brillaient de par leur chair, tantôt dévoilée, tantôt cachée. Ces derniers sont élevés à l’état d’humbles êtres humains en portant chacun une perruque qui rend le spectateur pratiquement incapable de les distinguer, si ce n’est par la couleur de la perruque qui change en fonction des artistes. Le chorégraphe a choisi d’attribuer une couleur à chaque danseur, afin de faire écho aux différents stades d’évolution de l’hématome.

La thématique du temps qui s’écoule accompagne ainsi le mal : le spectateur devine alors une certaine guérison qui émane de la grâce des artistes. La musique bourdonnante alterne avec des extraits d’opéra baroque, comme pour laisser place à des moments de cicatrisation. […]

Publié dans , | Marqué avec , , | Laisser un commentaire