Rencontres chorégraphiques – David Raymond et Tiffany Tregarthen

Publié le 18 novembre 2019 par Laurence Bégin

Avant chaque spectacle de la saison 2019-2020, La Rotonde, en partenariat avec le Voir, met les projecteurs sur le travail des artistes qui construisent sa vibrante programmation. Place aux Rencontres chorégraphiques.

BYGONES: WHITEHORSE, YT

Les Britanno-Colombiens David Raymond et Tiffany Tregarthen sont de fidèles collaborateurs depuis 14 ans. Ils sont d’abord connus pour leurs carrières d’interprètes auprès de Kidd Pivot, de Company 605 et de Wen Wei Dance. En 2007, ils fondent la compagnie Out Innerspace Dance Theatre et le programme de formation postsecondaire Modus Operandi à Vancouver. Ensemble, David et Tiffany créent des œuvres de danse contemporaine innovantes et accessibles en plus d’offrir une expérience éducative aux jeunes danseurs en transition vers une carrière professionnelle.

 

Qu’est-ce qui vous inspire au quotidien?

Les gens présents dans nos vies et dans notre communauté, leurs actes de ténacité, de résilience, d’intégrité, d’espièglerie, d’absurdité, leur prise de risque, leur subtilité, leur sensibilité, leur transformation, leur vulnérabilité, leur volonté, leur débrouillardise et leur sens de l’engagement.

 

Quelles thématiques vous rejoignent particulièrement en ce moment?

Nous sommes particulièrement interpellés par le réflexe de vouloir rendre les choses meilleures; par les tentatives de recoller les morceaux, de recommencer, de résoudre ou simplement de persister. De nombreux changements s’opèrent actuellement, mais encore beaucoup de changements nécessaires ne se produisent pas. Ce réflexe nous apparaît crucial pour arriver à survivre et à provoquer le changement.

Nous avons constaté, en nous et autour de nous, que des tentatives héroïques, hilarantes, émouvantes, maladroites et étranges ont été lancées pour essayer de comprendre certaines choses qui restent inachevées. Et parfois, quand le résultat ne semblait ni clair ni imminent, ce réflexe et les tentatives qui en découlaient ont donné lieu aux danses les plus profondes que nous ayons vues.

Bygones est fortement influencée par ça et par le dicton « let bygones be bygones » qu’on pourrait traduire par « oublions le passé » et qui donne son titre à la pièce. Le spectacle est aussi un moyen pour nous, en plus de toutes nos autres tentatives, de célébrer l’idée de laisser aux choses la possibilité d’être, si terribles ou indésirables soient-elle.

 

Lire toutes les Rencontres chorégraphiques

 

Photo : David Raymond et Tiffany Tregarthen dans Bygones / Crédit : Alistair Maitland

Publié dans , | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire