La Rotonde
Bach : le mal nécessaire
Bach : le mal nécessaire
Bach : le mal nécessaire

Bach : le mal nécessaire

Bach est la seule chose qui vous donne l’impression que l’univers n’est pas raté. Tout y est profond, réel, sans théâtre… – Cioran

Tout d’abord, il y a la musique de Bach, puissante, lumineuse, essentielle. Puis, l’envie de créer une série de miniatures chorégraphiques directement inspirée de l’œuvre du grand compositeur. Entouré de danseurs de la relève et de l’artiste audio Érick D’Orion, Mario Veillette joue avec différentes composantes musicales et gestuelles qui peuvent apparemment diverger les unes des autres pour finalement s’influencer mutuellement. L’alliage des explorations sonores menées par D’Orion aux pièces originales de Bach donne le ton aux différents tableaux chorégraphiques: dans une approche très actuelle, les mouvements et les motifs musicaux y sont incessamment remaniés, recyclés et réinterprétés. Les esthétiques contrastées, qu’elles soient écorchées vives, jolies ou irrévérencieuses, s’assemblent au final en une ample mouvance organique.

Cette œuvre a été créée en partie en résidence à La Rotonde, Centre chorégraphique contemporain de Québec.

Crédits

Chorégraphie: Mario Veillette, en collaboration avec les interprètes / Interprétation: Josiane Bernier, Amélie Gagnon, Maryse Damecour, Ariane Dubé-Lavigne, Annie Gagnon, Isabelle Gagnon, Fabien Piché / Musique: Jean-Sébastien Bach, Érick D’Orion / Costumes: Julie Pichette / Lumières: Luc Vallée / Aide à la dramaturgie: Laurence Brunelle-Côté / Création soutenue par: Première Ovation – Danse – Fonds Bons d’emploi / Photos: Martin Morency-Bélanger, Lucie Betz